Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2018

MARMALADE : Fine Cuts, The Best Of Marmalade. Double cd paru en 2011.

61eM0LRkSuL.jpgApparemment, un groupe ne se prenant pas au sérieux mais faisant son travail sérieusement, ce qui est normal pour des Écossais. Chez nous, on ne connaît guère que la version d' Ob-La-Di, Ob-La-Da des encombrants Beatles. Il y a d' autres reprises de Bob Dylan, Lovin'Spoonful, Bee Gees, Easybeats, le Hey Joe façon Jimi Hendrix bien entendu et (Take a little) Piece of my Heart, évitant de singer Janis Joplin, est traité à la Beach Boys/Byrds ; ces deux groupes sont les grandes influences de Marmalade pour leur période sixties qui occupe le premier CD. Mais, ce n' est pas pour ces différentes raisons que je me suis intéressé à eux. Mon obsession, c' est I See The Rain. Composition originale du tandem McAleese/Campbell qui en écrira d' autres. Cette chanson ouvre l' album Under The Covers Vol 1 de Matthew Sweet et Susanna Hoffs. Ce petit chef d' œuvre est la pierre de touche certifiant que Marmalade n' est pas de l' eau de boudin bien qu' ils suivent un peu trop les modes. Ainsi les derniers titres du second CD où ils s' essaient au hard-rock, et là, ils font fausse route !
N.B. Le son est très bon, pas compressé, ni saturé.






10:20 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, pop-rock

25/02/2018

JOHNNY WINTER AND : LIVE AT THE FILLMORE EAST 10/3/70. CD paru en 2010.

blues-rockLes enregistrements en public de l' Albinos, il y en a un paquet. Parfois tout juste audible comme celui du Texas Pop Festival du premier septembre 1969, ou, complètement inécoutable ainsi celui avec Willie Dixon au Liberty Hall à Houston le 9 mai 1971. Ce Live at Fillmore East capté le 3 Octobre 1970 est hautement recommandable car la guitare au son pur, les doigts arachnéens et le goulot de bouteille battent des records de vitesse, et, les fameux Yeahhhh ! d' introduction prouvent que la voix de Johnny Winter avait une énergie et aussi une hauteur guère égalées par un Bluesman Blanc, à part peut-être Steve Ray Vaughan ou Leslie West. De "Guess I'll Go Way" écrit par le Boss à Rollin' and Tumblin' du Maître en passant par Rock and Roll Hoochie Koo sorti du holster de Ricky The Kid, la dantesque version de It's My Own Fault de 22 mn est l' ultime nirvana du CD !


14:33 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blues-rock

30/01/2018

ELKIE BROOKS : PEARLS II. CD paru en 1982.

41PI1jRYGtL.jpgAh, les maudites années 80 ! Transformant bon nombre des idoles des sixties-seventies en pourvoyeurs de la bande FM. Eux qui n' avaient rien à voir avec ce son lisse et dépourvu d' aspérité mais qui peut receler des génies comme Steely Dan, le Fleetwood Mac version US, Little Feat ou les frangins du joint. Elkie Brooks plonge dedans gaillardement avec cet album easy listening à la production rutilante aux solos de guitare plaqués du pourtant bien sympathique et talentueux Geoff Whitehorn. Album bourré de reprises plus ou moins réussies ; on peut sauver le Gasoline Alley des copains comme cochons Ron Wood et Rod Stewart, Don't Stop de Christine McVie et Elkie donne du nerf au Money de Pink Floyd... on oublie Nights in White Satin aux arrangements emersonien. Si Vinegar Joe n' a pas laissé un grand souvenir, remember Robert Palmer, les premiers albums de l' Anglaise étaient bien plus près de la moelle épinière, remember Pearl's A Singer. Celui-ci est-il moins putassier que ceux de la revancharde Tina Turner de la même période ? et que serait devenue Janis ?


18:54 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chanson, musique