Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2018

ROBERT BRESSON : NOTES SUR LE CINÉMATOGRAPHE. 1975. Livre chez Folio.

téléchargement.jpgJ' aime de plus en plus les films de Bébert. Il continuait en l' épurant encore et encore la pureté originelle du cinématographe muet comme Murnau, Dreyer ou les westerns de William S. Hart. Les notes de Bébert en ce qui concerne les acteurs, qu' ils n' aiment pas car relevant du théâtre, sont quand même assez pertinentes, par exemple : Admettre que X soit tour à tour Attila, Mahomet, un employé de banque, un bûcheron, c' est admettre que X joue. Admettre que X joue, c' est admettre que les films où il joue relèvent du théâtre. Ne pas admettre que X joue, c' est admettre que Attila = Mahomet = un employé de banque = un bûcheron, et c' est absurde. Mais, il y a une différence entre l' expansif Anthony Quinn et le constipé Tom Cruise ; le rase-moquette étant tout de même le prototype du technicien préparant et pensant chacun de ses gestes et attitudes, d' où : L' acteur qui étudie son rôle suppose un "soi" connu d' avance (qui n' existe pas). Cette chieuse de Meryl Steep faisant jeu égal avec le constipé. Aux acteurs, Bébert préfère les modèles : Tu conduiras tes modèles à tes règles, eux te laissant agir en eux, et toi les laissant agir en toi. Le rapport avec le X... Supériorité du cinématographe : Expression par compression. Mettre dans une image ce qu' un littérateur délaierait en dix pages.

29/06/2018

Faut-il acheter Les mémoires de guerre de Charles de Gaulle ?

41xgMyHjWRL._SX319_BO1,204,203,200_.jpgMichel Audiard disait : Je suis un vétéran de l' antigaullisme /.../ J' avais vingt ans, et cet appel du 18 juin 1940, ces conseils de bonne tenue donnés à distance, m' avaient irrité.

Dans les années 60, ma génération a beaucoup subi la propagande gaulliste infligée par notre Éducation Nationale tellement sous influence que cette administration devrait-être supprimée. Et il faut rendre justice à celui qui était copain comme cochon dans les années 50 avec Claude Chabrol, c' est vrai que celui qui est mort au Bal de Colombey-les-Deux-Mosquées était laid. Du Guesclin itou, mais lui a prouvé son courage sur les champs de bataille ; Bertrand ne sautait pas comme un cabri dans un burlingue à Londres !

Sur kindle, paraît-il que Les mémoires de guerre du mari de tante Yvonne, c' est gratuit. Je ne lis pas sur Kindle surtout Robert Brasillach ! Pour Robert, en cherchant bien, on trouve des éditions de poche à un prix abordable, sehr abordable...

11:37 Publié dans Blog, Livre, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre

30/10/2016

George Langelaan : La Mouche (1957) et Temps mort (1962). Livre paru en 2008 chez Flammarion

51CWk3YIheL._SX351_BO1,204,203,200_.jpgRéalisme fantastique ou Fiction scientifique sont les appellations des deux nouvelles de George Langelaan. J' étais surtout attiré par La mouche, ce court récit très noir d' une trentaine de pages bien fournies qui donna l' excellent film de Kurt Neumann dont le traitement par le scénariste James Clavell est moins extrême mais assez fidèle à notre ami George ; contrairement à l' adaptation de David Cronenberg qui en est trop éloignée tombant dans les effets horrifiques de Grand-Guignol, retenons-y plutôt les très bonnes interprétations de Geena Davis et Jeff Goldblum. La deuxième nouvelle d' une cinquantaine de pages Temps mort conte l' expérience d' un homme projeté dans un monde où le temps semble suspendu et la vie arrêtée nous dit la quatrième de couverture. Elle est tout aussi sombre que La mouche. Ces deux histoires de cobayes humains volontaires, qui ne tombent jamais dans le délire des docteurs fous, les rendent encore plus terrifiantes ; une mise en garde sur le pouvoir scientifique.

La présentation de ce petit livre est complétée par des dossiers instructifs : une biographie de George Langelaan - un homme à redécouvrir qui fut un héro pendant la deuxième guerre mondiale et qui a publié bon nombre de romans d' espionnage - différents petits dossiers et notes dus au professeur de Lettres Frédéric Maget, dont je tempère tout de même l' enthousiasme sur le film de David Cronenberg.

15:25 Publié dans Blog, Livre, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, science-fiction