Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2017

YES : Symphonic Live. DVD de 2003.

81QAve42brL._SL1024_.jpgJe faisais mes emplettes sur le Fleuve amazonien du côté allemand en me goinfrant des premiers Jethro Tull et King Crimson avec les dernières remasterisations supervisées par Steve Wilson de Porcupipinetroisgouttes. Je peux être un peu progueux quand un mec, Robert Fripp, dit à propos de Robin Trower : Robin Trower is one of the very few English guitarists that have mastered bends and wobbles. Not only has he got inside them, with an instinctive knowing of their affective power, but they went to live inside his hands. It is the rare English guitarist who has been able to stand alongside American guitarists and play with an equal authority to someone grounded in a fundamentally American tradition.
Trower has been widely criticised for his influences. This has never bothered me. I toured America in 1974 with Ten Years After top of the bill, King Crimson second, and Robin Trower bottom. The chart positions were the opposite: TYA in the Billboard 160s, Crimson in the 60s and Trower climbing remorselessly through the top twenty. Nearly every night I went out to listen to him. This was a man who hung himself on the details: the quality of sound, nuances of each inflection and tearing bend, and abandonment to the feel of the moment. He saved my life.
Later, in England, he gave me guitar lessons.

Robert Fripp est un homme bon.
Malheureusement, le Fleuve amazonien teutonisé se proguise à fond et me fout en lien avec toutes sortes d' horreur : Caravan, Camel, Gentle Giant, Genesis... dont les inénarrables cryptorchides de Yes, groupe anti-rock par excellence. Souvenirs souvenirs chantait Jean-Philippe Smet ! eh oui, j' avoue l' inavouable, j' ai aimé Yes quand j' avais 14/16 ans. Et je me dis, ça passera peut-être mieux avec les images, paraît-il qu' il y a des filles dans l' orchestre symphonique ! Ça commence mal, après une introduction où Steve Howe s' essaie à la dissonance, tout le monde n' est pas Frank Zappa, arrive Close to The Edge, est-ce que l' introduction fait partie de la pièce montée ? On s' en cogne ! Le bidule dure une vingtaine de minutes, j' avais oublié, la notion du vide se visualise devant moi. Les notes sont alignées comme des petits soldats et ces enluminures à n' en plus finir. Le reste est du même acabit, quoique, quoique... Je croyais qu' ils n' allaient pas oser, mais si, Ritual avec ses paroles qui remportent la palme de la connerie : Nous sommes du soleil, du soleil. Avant la voix de Jon anderson était belle comme un top-model sur papier glacé, mais ça, c' était avant. Maintenant, elle a des intonations à la Woody Woodpecker avec le physique qui va de pair. Et puis alors ses fringues, ses chasubles à la dernière mode baba-cool chic (New Age ?), cette gestuelle, ses mimines tendues ! Chris Squire a un collant moule-burnes (?) du plus mauvais effet, essaie de faire l' unijambiste comme Ian Anderson et son solo de basse n' est pas si terrible que ça, en fin de compte c' est du son ; j' en reste à John Entwistle. Étant donné que l' orchestre symphonique doit-être anglais, les filles sont très "girl next door", tu repasseras ; il suffit de faire un tour du côté des ensembles polonais ou hongrois pour voir où sont les voies lactées ! Seul moment réussi, quand Steve Howe abandonne l' électrique où il est le guitariste le plus emmerdant du monde avec John McLaughlin, pour se mettre à la sèche. Les filles dansent à la fin sur Roundabout unique mélodie dont ma prime jeunesse se souvienne, après 150 mn, elles ont dû toucher une bonne prime, elles le méritent.







19:31 Publié dans Blog, Film, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0)

29/03/2017

Le premier album Alannah Myles. CD paru en 1989.

71x+RfY7TLL._SL1425_.jpgRegard franc et direct, celui d' une nana qui n' a pas froid aux yeux, pas le genre à donner dans la pose lascive racoleuse. Une allure physique plus qu' excitante entre Linda Fiorentino et Mary Elizabeth Mastrantonio, pas le genre à donner dans la logorrhée. Et la voix ? Une Bonnie Raitt moins laid-back, plus hard, même si elle abuse un peu du rauque'n'roll de son chant. Laurent Chalumeau, le Philippe Garnier du pauvre, parlait à juste titre d' ultime fantasme rock. Alors pourquoi en est-t-elle réduit au stade du one-hit wonder, en l' occurence Black Velvet ! eh bien, peut-être parce que notre chanteuse canadienne ne compose pas, contrairement à Chrissie Hynde qui porte aussi bien le cuir, ou bien il fallait de meilleurs auteurs-compositeurs que ceux, honnêtes, qui sont présents sur ce disque ; je ne comprends pas que ça ne s' est pas présenté en nombre au portillon ? Alannah Myles coécrit juste une pauvre petite chose Lover of Mine, qui serait tout juste bonne à servir les cordes vocales sans vie de Céline Dion ; on aurait voulu plus de Hurry Make Love un blues roots, du Bonnie Raitt nerveux. Sauvons aussi Still Got This Thing et Kick Start My Heart aux guitares rock plutôt rageuses ; quant au reste, ça dépend des jours.








15:41 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0)

28/02/2017

Rick Nelson & The Stone Canyon Band : Garden Party (1972) / Windfall (1974). CD paru chez BGO records en 1996.

51cbSDNs0PL._SY355_.jpg Trop et naturellement beau, fils rêvé des parents, des qualités que l' auditeur rocker pur et dur n' apprécie pas. Ricky Nelson devenu Rick Nelson est l'auteur de disques devenus intemporels tel que le célèbre Rick Nelson in Concert - The Troubadour 1969, un chef d'œuvre. En France, Rick est surtout connu pour Rio Bravo (1959) de Howard Hawks où il n' est pas très à l' aise ; et puis de toute façon, j' ai toujours opté pour El Dorado (1965) où John Wayne enclenche la marche arrière à son bourrin.

Ces deux disques en studio sont pas loin de valoir du Gram Parsons - vous savez qu' il y a des peine-à-jouir qui n' aiment pas Gram Parsons - ou du Delbert McClinton. Il y a des ballades, particulièrement sur mon album préféré Garden Party, écrites par Rick qui sont trop belles pour être décrites : Garden Party, Are You Really Real ?, Nightime Lady, Palace Guard ou Lifestream. Une reprise de I'm Talking About You de Chuck Berry - vous savez qu' il y a des peine-à-jouir qui n' aiment pas Chuck Berry - qui supporte largement la comparaison avec celle(s) d' Hot Tuna. Au détour d' un crédit, on découvre le nom de Meisner ; Randy Meisner était le bassiste sur « The Troubadour 1969 », il coécrit I Wanna Be With You mais il n' officie pas ici à la quatre cordes. Les membres du Stone Canyon Band sont très fluctuants mais ils participent activement à la création des titres ; la preuve que leur leader était pour la notion de groupe. Rick Nelson était dans le coup du country-rock, ne vivait pas sur son passif, et, même s' il n' avait pas dans ses jeunes années le côté animal d' Elvis et de Gene, il n' était pas non plus un flan comme Pat Boone ou Fabian.







20:12 Publié dans Blog, cinéma, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, rock