Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2011

LA FEMME AUX REVOLVERS (MONTANA BELLE) de ALLAN DWAN (1952).

51dpSw+0nXL._SL500_AA300_.jpgL' intérêt de ce film est plutôt d' ordre cinéphilique dans le domaine du western. Jane Russell y incarne Belle Star, une femme qui a réellement existée. On peut y voir une sorte de pré-Johnny Guitar (1953), Scott Brady tient quasiment le même rôle, plutôt qu' une vérité historique, on acoquine Belle Starr avec les frères Dalton, sur la célèbre hors-la-loi qui n' était pas si belle que cela. Au moins avec Jane Russell, on y gagne largement au change... et puis vive la fantaisie historique : saluons Alexandre Dumas !

Comme nous l' explique Serge Bromberg dans sa présentation, le film fut tourné en 1948 mais sorti sur les écrans en 1952 à cause de Howard Hughes. Jane Russell n' est pas tout-à-fait à son aise, on la sent en répétition de ses futures rôles chez Hawks, elle chante dans ce film deux chansons dont la première avec une vulgarité très sensuelle, et surtout chez Walsh où elle développera son personnage de femme franche et indépendante : vive Raoul ! Le pommadé George Brent nous prouve qu' il est toujours aussi mauvais acteur. Jack Lambert compose un indien hors-la-loi assez rigolo. Forest Tucker est remarquable en rival de Scott Brady...

Le film est à visionner aussi pour son abominable procédé couleur Trucolor, le Technicolor du pauvre. Le bleu est aciéré, le rouge inexistant et le vert... je le cherche encore. Il vaut mieux mettre le paramètre couleur de la télévision sur zéro.

Et Allan Dwan dans tout cela ? Il fait au mieux...

Le Dvd est en version originale anglaise sous-titrée française ou en version originale sans sous-titres. Pas de version audio française.
Durée : 82 mn. Format : 4/3.

cinéma,westerncinéma,western
cinéma,western
cinéma,western



15:10 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, western

22/05/2011

PHILIP KAUFMAN : LA LÉGENDE DE JESSE JAMES (THE GREAT NORTHFIELD MINNESOTA RAID). 1972. DVD.

41SftrhleGL._SL500_AA300_.jpgIl faut tout de suite rectifier le titre français de ce film, voire aussi la jaquette de ce DVD. Ce western est surtout axé sur deux pivots. Le premier est que ce n' est pas Jesse James (Robert Duvall) le héros du film mais Cole Younger (Cliff Robertson). Le deuxième est que le film nous raconte un épisode du gang James/Younger, celui de l' attaque de la banque de Northfield : sa préparation, son exécution et ses conséquences.

Le début du film : Attendant une hypothétique loi d' amnistie, Cole Younger, le véritable patron du gang James/Younger, décide d' arrêter les exactions. Mais une embuscade menée par l' agence Pinkerton employé par les chemins de fer et le report de la loi les mènent à concrétiser un vieux projet, celui d' attaquer la banque de Northfield au Minnesota.

Dans la nouvelle constellation des cinéastes des années 70 voulant remettre en cause l' héroïsme hollywoodien et les belles légendes, Philip Kaufman a réussi son pari. Car Philip Kaufman, qui signe également le scénario, réalise une œuvre avant de vouloir dynamiter le genre western comme ce pauvre pétard mouillé de Buffalo Bill et les indiens (1976) de Robert Altman. Si la première partie du film peut sembler un peu décousue, la suite est beaucoup plus maîtrisée, même si la mise en scène n' a pas l' ampleur du futur génie de L' étoffe des héros (1983). La création de Cliff Robertson est vraiment des plus intelligente, Kaufman nous le présente comme le vrai cerveau du gang. Robert Duvall incarne un Jesse James idiot, vil voleur (même d' idée !), assassin expéditif et poursuivant une guerrillera devenu inutile contre les Yankees. L' humour n' est pas immédiat comme chez Ford ou Walsh, il est narquois et caustique ; on est plutôt du côté du tandem Budd Boetticher/Burt Kennedy. Un film qu' il faut revoir plusieurs fois pour apprécier ses constantes ellipses.

Bonus :
- Présentation du film par Patrick Brion d' une durée de 6 minutes environ.
- Jesse James, un héros hors-la-loi, un documentaire intéressant, un peu rébarbatif tout de même, d' une durée de 1 heure 10 minutes environ.

Film en couleur de 1972. Format : 16/9. Durée : 1 heure 27 minutes environ.
Version audio française. Version audio anglaise sous-titrée française.
Très bonne copie.

cinéma,westerncinéma,western
cinéma,western
cinéma,western

20:38 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, western

20/01/2011

ALAN LADD : SMITH LE TACITURNE (Whispering Smith) de LESLIE FENTON

51tfgyy6kVL._SL500_AA300_.jpgAlan Ladd n' était pas très bien considéré comme acteur. Si son nom attirait les foules, les critiques n' étaient pas très tendre avec lui, voire certains réalisateurs comme Delmer Daves. Pourtant son côté gauche et un peu hésitant est en fin de compte une figure de style qui vaut la peine d' être étudiée et qui le rapproche, sauf pour la taille, de Gary Cooper ; autre héros américain dont le « jeu » est mal apprécié.

Dans ce western dont l' intrigue simple, ce qui ne veut pas dire simpliste - deux amis travaillant pour une compagnie de chemin de fer aiment la même femme, mais l' un d' eux deviendra un hors la loi -, permet de développer la complexité des caractères comme dans tout bon western. Brenda Marshall a un très beau sourire énigmatique et pleure très bien. Robert Preston (le copain qui tourne mal) a un débit de paroles rapide proche du débit "mitraillette" de James Cagney. On est content de voir William Demarest, le comédien fétiche de Preston Sturges, dans le rôle de faire valoir de Alan Ladd. Le vétéran Donald Crisp, habitué du genre western, compose une silhouette de manipulateur calculateur d' une hypocrisie délectable.

Le réalisateur Leslie Fenton est vraiment un artisan à redécouvrir qui soigne ses effets. Il y a de beaux gunfights et des poursuites à cheval mouvementées. L' une des stars de ce film est la photographie quasi-irréelle de Ray Rennahan dont les tons ocres, bruns, cuivrés surtout pendant les scènes de nuit sont à savourer.

Film en couleur de 1948. Format 4/3. Magnifique et excellente restauration.
Durée environ 1 heure 25 mn ; pas 1 heure 52 mn comme inscrit sur la jaquette.
Version anglaise sous-titrée française ; pas de version audio française contrairement à ce qui est écrit sur la jaquette.

BONUS :
1) Une présentation du film par Patrick Brion d' une durée d' environ 4 minutes.
2) Un bon documentaire sur la vie et la carrière de Alan Ladd d' une durée d' environ 56 minutes où interviennent Patricia Medina, Mona Freeman, Lizabeth Scott, Don Murray, Jeff Corey, Anthony Caruso, Edward Dmytryk, David Ladd... Dommage que l' autre fils de Alan Ladd, le producteur légendaire Alan Ladd jr (surtout avec The Ladd Company : Outland, The Right Stuff, Blade Runner...) n' y participe pas.
3) Un autre documentaire sur un texte écrit et dit par Jean-Claude Missiaen d' une durée de 18 minutes.

vlcsnap-2011-01-20-21h36m13s16.pngvlcsnap-2011-01-20-21h43m18s176.png
vlcsnap-2011-01-20-21h46m03s103.png
vlcsnap-2011-01-20-21h48m05s78.png
vlcsnap-2011-01-20-21h52m21s38.png
vlcsnap-2011-01-20-21h57m20s233.png

16:35 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, western