Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2013

JIL CAPLAN : À PEINE 21. CD. 1987.

chanson française,musiqueSi ma préférence va plutôt à La charmeuse de serpent (1990), l' album suivant À peine 21 (1987) de Jil Caplan toujours avec le génial auteur/compositeur/multi-instrumentiste/producteur Jay Alanski, ce premier disque est d' un sacré niveau à tout point de vue. De la variété française qui n' a d' autre but que d' être de la variété française mais avec une personnalité et une couleur propre et singulière ; tout le contraire de la variété traditionnelle vieillotte type Michèle Torr ou Jean Manson aux grandes voix mal habillées. Ça bouge, c' est frais, c' est jazzy juste ce qu' il faut, ça adopte des rythmes syncopés avec discrétion et subtilité. Quand à la voix de Jil Caplan, c' est la Reine des chattes de gouttière. Son côté androgyne, je ne l' ai jamais remarqué, encore moins sur la photo centrale du livret, et puis elle fait penser à Joëlle (Il était une fois). J' insiste vraiment sur le travail énorme fourni par Jay Alanski, même si son admiration pour ce vieux hibou de Leonard Cohen tellement sénile qu' on n' a pas envie de le clouer à une porte de grange, me rend perplexe. Quatre singles sortiront : Oh! Tous les soirs, Comme sur une balançoire, Cette fille n' est pas pour toi et le dernier Tard dans la nuit qui se termine par un extrait du roman Comme le temps passe (1937) de Robert Brasillach, écrivain collaborationniste exécuté à la Libération, dont voici le (beau) passage :


La nuit était merveilleusement douce
Toujours embaumée par les arbres en fleurs
Ils marchaient côte à côte, par les rues presque désertes
Ils descendaient rue Saint-Lazare
Et leurs pas retentissaient sur l'asphalte des trottoirs
Tantôt la lumière, tantôt l'ombre les caressait
C'était Paris nocturne autour d'eux et bientôt la Seine
Noire et argentée, et argentée.






17/05/2012

I'M RICK JAMES. THE DEFINITIVE DVD.

soul,musique I'm Rick James, bitch !

Revoir Rick James avec ses fringues de dingue (plus kitch, tu meurs), ses lignes de basse funk imparables (celle de Super Freak sera la plus pillée et samplée du monde), son comportement encore plus machiste que James Brown et Ike Turner réunis, c' est une plongée dans une époque (1978-1985) pleine d' excès et de frime dont Rick James était le Roi, et pas juste du ghetto. Ses albums étaient d' un esprit de synthèse remarquable, d' une vision d' ensemble très conceptuelle dès son premier disque Come Get It (1978), il n' y avait pas quelques hits complétés de remplissage comme chez Prince. On retrouve dans ce DVD ses apparitions en playback dans les émissions de Don Kirchner, Dick Clark, Dinah Shore et le Soul Alive, plus trois extraits du concert Superfreak Live 82 au Rockpalast, concert dont la qualité de son n' est pas très bonne, mais on s' en fout car c' est le seul témoignage en public que l' on possède de lui. Il y a aussi les clips vidéo cheap de Super Freak, Glow, Give It To Me Baby, Ebony Eyes avec Smokey Robinson et Standing On The Top avec The Temptations et trois clips de promotion inédits Trowdown, She Blew My Mind et Hard To Get. Le label Motown a réuni tout cela pour lui, afin de rendre hommage, ils lui devaient bien, car c' est quand même Rick James qui sauva la boutique et « conceptualisera » la chanteuse Teena Marie et les Mary Jane Girls, des dames à (re)découvrir.

DVD toutes zones. Format 4/3. Durée de 135 mn.
Son en DTS ainsi que dolby digital 5.1 ou 2.1.



21:08 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soul, musique

07/02/2012

SAXON : A COLLECTION OF METAL. CD.

51dBOI68rQL._SL500_AA300_.jpgSaxon est-il un grand groupe de Metal, de Hard ou d' Heavy... enfin ce genre de truc quoi. Lorsque l' on connaît et que l' on est de la génération de Led Zeppelin, Free, Deep Purple, Thin Lizzy voire Black Sabbath de la période d' un chanteur ectoplasmique que je n' aime pas donc Ozzy Osbourne, voire Hawkwind dans ses moments de rythmiques telluriques (Lost Johnny, Silver Machine, Kings of Speed) pour en rester aux formations anglaises ... la réponse ne peut être que négative. Saxon, c' est un groupe sympa, honnête mais peu inspiré et peu aventureux. C' est comme un groupe de potes qui aurait réussi à se tailler un succès en surfant sur la vague de cette NWOBHM (New Wave of truc bidule) qui n' aura réussi auprès de moi qu' une seule chose : me détourner de ce genre de.... musique pendant les terrifiantes années 80. Quelques exceptions cependant, Motörhead évidemment, Girlschool... Bon moi je me remets Sam the Sham and the Pharaohs, dose(s) de bonne humeur garantie.





00:49 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : métal, musique