Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2009

FRANÇOIS TRUFFAUT : TIREZ SUR LE PIANISTE.

51DZQfFSiUL__SL500_AA240_.jpgLE THÉORICIEN SE PLANTE.

L' une des théories les plus représentatives de Truffaut était : On ne fait pas un film avec une idée mais avec des idées. Ce qui n' est pas faux.

Pour ce film, les idées sont : Le choix de David Goodis, un auteur de roman noir particulièrement casse gueule à adapter au cinéma; les chansons comiquement sous-titrées du génial Boby Lapointe; la scène où il explique comment l' on montre la nudité au cinéma et pour notre grand plaisir les seins de Michèle Mercier; le choix de Charles Aznavour en totale adéquation avec l' univers goodisien.

Malheureusement, l' intrigue est traitée par dessus la jambe, donc irracontable, le comble du film noir, contrairement aux meilleures adaptations de Goodis par Delmer Daves avec "Les passagers de la nuit" (1947) et Jacques Tourneur avec "Nightfall" (1957). Ses idées ne sont pas reliées entre elles et peuvent être vues séparément sans que cela gêne la vision du film (?). Bref, on aurait préféré des courts métrages.

Cinq étoiles pour le courage, même si ici il est vain, comme dans beaucoup de films de Truffaut...

16:38 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, film noir

12/11/2009

ROBERT WISE : NÉ POUR TUER.

51arTvX4VLL__SL500_AA240_.jpgPSYCHOLOGIQUE AVANT TOUT.

Bon film noir de Robert Wise de 1947 adapté d' un roman de James Gunn. Réalisé juste après son excellent western "Blood On The Moon" (1948) avec Robert Mitchum.

Lawrence Tierney, d' une froideur sans remords, assassine sa compagne du moment, l' amant de passage de celle-ci et s' enfuit. Claire trévor qui découvre les deux cadavres, prend le même train que Tierney pour San Francisco. Ils font connaissance.

La mise en scène à pas feutrés de Wise est l' un des meilleurs atout du film. La détermination sans aucune morale de Tierney provoque une telle fascination-répulsion sur Claire Trévor, qu' elle ne sait plus où est la frontière entre le bien et le mal. Quand Tierney épouse la belle Audrey Long, on se demande si Claire Trévor veut la mort de sa "sœur de lait" ou pas. On aura même pitié pour le minuscule et lâche Elisha Cook. Le détective privé joué par Walter Slezak a dû inspirer par sa morphologie et ses coups montés, l' énorme M.Emmett Walsh dans "Blood Simple" (1984) des frères Coen. En plus Slezak détient la morale du film !

Très bonne copie et photographie noir et blanc de Robert De Grasse. Version originale et version originale sous-titrée française.

Le film prend encore plus de valeur après plusieurs visions.

Né pour tuer 1.pngNé pour tuer 2.png

16:07 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, film noir

10/11/2009

DESPERATE : Anthony Mann trouve son style.

51LFLHLB+QL__SL500_AA240_.jpgAprès plusieurs menus travaux, il faut bien vivre, Desperate (1947) est la première vraie réussite de Anthony Mann. Son précédent polar Railroaded (1947) en était la répétition.

Un camionneur, incarné par Steve Brodie, embarqué malgré lui dans un hold-up qui causera la mort d' un policier, doit se mettre à l' abris avec sa femme enceinte, la belle Audrey Long.

Cette histoire classique permet à Mann de filmer plusieurs morceaux de bravoure. Le passage à tabac de Brodie sous une unique lampe se balançant au plafond et sous le regard de Raymond Burr. Les gros plans sur les visages de Burr, de son complice et de Brodie attendant la sonnerie d' un réveil matin. Le réglement de compte final dans une cage d' escalier...

Burr est impressionnant. C' est l' une de ses premières apparitions. Tellement massif qu' il n' arrête pas de se cogner aux bords de l' écran. Tellement sur les nerfs qu' il tape sur tout ce qui est vivant et le contredit. On va faire griller son petit frère sur une chaise électrique pour le meurtre du flic et Raymond, il est pas content.

Superbe image en noir et blanc de Georges E.Diskant.
Version française. Version anglaise sous-titrée française.
Durée 73 minutes.

Une leçon de cinéma.

Desperate 1.pngDesperate 2.pngDesperate 3.pngDesperate 4.pngDesperate 5.pngDesperate 6.png

14:03 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, film noir