Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2011

LES TUEURS DE LA LUNE DE MIEL (The Honeymoon Killers) de LEONARD KASTLE (1969).

film noir,cinémaFilm culte. Film unique de Leonard Kastle qui est avant tout un compositeur d' opéra...

The Honeymoon Killers (1969), tiré d' un fait divers qui secoua l' Amérique d' après guerre, n' est pas juste une recréation du parcours meurtrier du couple Raymond Fernandez (Tony Lo Bianco) et Martha Beck (Shirley Stoler). Couple qui se rencontre par le biais de courrier du cœur. Lui, escroc de femmes esseulées qu' il dépouille de leur argent et bijoux ; elle, infirmière-chef autoritaire mal dans sa peau. Leur rencontre est aussi celle de l' Amour fou. Rien ne doit altérer cette association fusionnelle. Leurs victimes ne sont que des obstacles à éliminer.

Au-delà de cette histoire meurtrière, le parti-pris de la mise en scène de Leonard Kastle est proche du génial. Il alterne plan fixe, travelling avant et arrière et caméra portée à l' épaule dans une photographie d' Oliver Wood qui privilégie le gris presque atone dans le genre documentaire, et de temps en temps une lueur vive électrique brillante, comme si on voulait nous rappeler tout au long du film que Raymond et Martha finiront sur la chaise électrique le 8 mars 1951.

Si ce fut une étape importante pour la carrière de Tony Lo Bianco, cela n' est pas le cas pour Shirley Stoler, c' est sa première apparition à l' écran et le rôle de sa vie. Il aurait été assez passionnant que des stars tel que Elisabeth Taylor ou Shelley Winters sujettes à l' embonpoint facile incarnent Martha Beck.

Film en noir et blanc de 1969.
Format 16/9 (le format original est 1.85:1, ici c' est 1.78:1 donc très peu de perte). Durée : 1 heure 43 mn environ, pas 1 heure 47 mn comme indiqué sur la jaquette.
Version originale sous-titrée française. Version audio française.
Bonne copie.

BONUS:
1) Biographies de Tony Lo Bianco, Shirley Stoler et Leonard Kastle.
2) Filmographie de Tony Lo Bianco.
3) Bande-annonce.
4) Entretien sous-titré français intéressant avec Leonard Kastle d' une durée de 8 mn 30.
5) Entretien avec Stéphane Bourgoin d' une durée 21 mn 30 environ. Cela devient un peu lassant que Stéphane Bourgoin soit présent dès qu' il s' agit de sérial-killer. Il y a d' autres experts et bien meilleurs que lui.
6) Galerie de photos.

film noir,cinémafilm noir,cinéma

17:50 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film noir, cinéma

05/06/2011

LE PETIT CÉSAR (Little Caesar) de MERVYN LEROY 1930. DVD.

410QGBS1H1L._SL500_AA300_.jpgDans le domaine des films des années trente consacrés au gangstérisme, Little Caesar (1930) de Mervyn Leroy est souvent le moins bien considéré face au Scarface (1932) de Howard Hawks ou The Public Enemy (1931) de William Wellman voire Quick Millions (1931) du mythique Rowland Brown. Pourtant si ce film doit passé à la postérité, c' est surtout grâce à l' interprétation de Edward G. Robinson, qui veut devenir caïd à la place du caïd et à une peinture sans concession de la pègre.

La ligne de force de l' œuvre est le personnage de Rico, qui inspirera beaucoup Joe Pesci chez Martin Scorcese* car même violence exaltée et même goût pour les fringues voyantes et bagouses portées avec vulgarité et frime. Cette production parle de l' ascension et de la chute du malfrat que la presse a surnommé « Le petit César » et elle développe la citation au début du film : « ... car celui qui tire l' épée, périra par l' épée ». On a donc affaire à un récit foncièrement moral, qui fera souvent les beaux jours du cinéma américain de Baby Face Nelson (1957) de Don Siegel à The Rise and The Fall of Legs Diamond (1960) de Budd Boetticher jusqu' à Good Fellas (1990) de Martin Scorcese.

Pour revenir strictement au DVD, la copie que l' on nous propose n' est pas exempte de défauts : les rayures et les voiles sont nombreux, ce qui ne permet pas une grande appréciation de la photographie de Tony Gaudio. Mais cela reste visionnable, un jour peut-être nous aurons une meilleure version.

*On voit dans Good Fellas de Martin Scorcese une scène qui est calquée sur Little Caesar : un plan-séquence en caméra subjective où chaque membre du gang est présenté à Edward G. Robinson.

Film en noir et blanc de 1930. Format 4/3. Durée : 75 mn environ.
Version audio anglaise sous-titrée française. Pas de version audio française.

Bonus :
1) Une présentation du film par Leonard Matlin d' une durée de 4 mn environ.
2) Bande annonce de Five Star Final (1931) de Mervyn Leroy avec Edward G. Robinson d' une durée de 2 mn environ.
3) Une interview de "Kiki" Roberts, « petite amie » du gangster "Legs" Diamond d' une durée de 1 mn 45 sec.
4) The Hard Guy (1930) : court métrage avec Spencer Tracy d' une durée de 6 mn 30 sec environ.
5) Lady, Play Your Mandolin (1931) : dessin animé de Leon Schlesinger d' une durée de 7 mn environ.
6) Little Caesar : End of Rico, Beginning of the Antihero : documentaire sur le film d' une durée de 17 mn.
7) Le célèbre avant-propos moraliste qui prévenait le public et était projeté avant chaque diffusion des films Little Caesar et The Public Enemy d' une durée de 40 sec environ.
8) La bande-annonce de Little Caesar d' une durée de 2 mn environ.

film noir,cinemafilm noir,cinema
film noir,cinema
film noir,cinema

22:58 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film noir, cinema

08/06/2010

GRAND SLAM de GIULIANO MONTALDO

51X5QN5QMXL._SL500_SS130_.jpgUn vieux professeur (Edward G. Robinson) qui enseigna pendant trente ans dans une école catholique à Rio, voyait de la fenêtre de sa classe, le transport annuel dans une banque d' une mallette remplie de diamants d' une valeur de dix millions de dollars. Il met en place un plan. Pour le mettre en pratique, il demande l' aide d' un de ses vieux amis (Adolfo Celi), un chef mafieux, afin de recruter une équipe de spécialistes et d' écouler les pierres précieuses. 

Janet Leigh, qui figure en tête d' affiche, a un rôle subtil, loin des stéréotypes de la "femme fatale" du film noir. Elle vient d' avoir quarante ans et elle est magnifique. Klaus Kinski, qui tourne tout et n' importe quoi à cette époque, incarne le chef de ce gang cosmopolite et il est soumis à de violentes poussées d' adrénaline. Robert Hoffman, acteur autrichien qui interprétera un lieutenant dans "Le vieux fusil" (1975) de Robert Enrico, incarne un playboy français (?). George Rigaud, comédien à la carrière étonnante sous différents pseudos, est un perceur de coffre-fort classe et efficace. Riccardo Cucciolla est émouvant en technicien "tête en l' air", amoureux d' une jolie nageuse. 

Si la première heure de ce film est un peu longuette, il faut bien le reconnaître, la seconde partie possède un grand nombre de rebondissements, autant comiques que dramatiques, et de petites inventions, par exemple la manière dont Kinski est enfermé dans les égouts, qui devraient largement contenter les amateurs de ce genre de divertissement. Tout ceci est parfaitement intégré au défilé du carnaval de Rio. Dans cette deuxième heure la réalisation de Giuliano Montaldo est au cordeau. La musique de Ennio Morricone est originale et intéressante comme d' habitude. Bonne photographie de Antonio Macasoli qui n' abuse pas du coloriage et incorpore très bien les transparences. 

DVD toutes zones. Film en couleur de 1967. Durée : environ 2 heures. 
Langue audio : anglaise et française. Pas de piste sous-titrée.



Grand Slam (1).pngGrand Slam (2).pngGrand Slam (3).pngGrand Slam (4).png

09:56 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, film noir