Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2009

ROBERT WISE : NÉ POUR TUER.

51arTvX4VLL__SL500_AA240_.jpgPSYCHOLOGIQUE AVANT TOUT.

Bon film noir de Robert Wise de 1947 adapté d' un roman de James Gunn. Réalisé juste après son excellent western "Blood On The Moon" (1948) avec Robert Mitchum.

Lawrence Tierney, d' une froideur sans remords, assassine sa compagne du moment, l' amant de passage de celle-ci et s' enfuit. Claire trévor qui découvre les deux cadavres, prend le même train que Tierney pour San Francisco. Ils font connaissance.

La mise en scène à pas feutrés de Wise est l' un des meilleurs atout du film. La détermination sans aucune morale de Tierney provoque une telle fascination-répulsion sur Claire Trévor, qu' elle ne sait plus où est la frontière entre le bien et le mal. Quand Tierney épouse la belle Audrey Long, on se demande si Claire Trévor veut la mort de sa "sœur de lait" ou pas. On aura même pitié pour le minuscule et lâche Elisha Cook. Le détective privé joué par Walter Slezak a dû inspirer par sa morphologie et ses coups montés, l' énorme M.Emmett Walsh dans "Blood Simple" (1984) des frères Coen. En plus Slezak détient la morale du film !

Très bonne copie et photographie noir et blanc de Robert De Grasse. Version originale et version originale sous-titrée française.

Le film prend encore plus de valeur après plusieurs visions.

Né pour tuer 1.pngNé pour tuer 2.png

16:07 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, film noir

GINETTE LECLERC : le désir des hommes par CHRISTIAN GILLES

51Y0RTND29L__SL500_AA240_.jpgSi Danielle Darrieux représentait la fiancée idéale, Michèle Morgan la mariée idéale, Ginette Leclerc et son amie-concurrente Viviane Romance étaient de celles qui inspiraient avant tout les gallipettes. Mireille Balin étant hors-concours, le rêve éveillé...

Après une courte introduction d'une vingtaine de pages, Christian Gilles nous offre un long entretien où Ginette Leclerc nous dévoile son ascension dans le monde du spectacle. La révélation de tout son talent transfigure "La femme du boulanger" (1938) de Pagnol et "Le corbeau" (1943) de Clouzot... et arriva la fin de la guerre et son cortège épuratoire. Douze mois d' incarcération pour une vague histoire de licence d' un cabaret, en fin de compte, un mauvais coup de son amant de l' époque. Pas de procès, libre du jour au lendemain avec un contrôle judiciaire pendant huit mois... Elle reprit ses rôles de garce comme s' il ne s' était rien passé, mais ne vivant et ne faisant confiance qu' à sa mère. On la comprend.

Ginette Leclerc nous dit : « On m' avait élevé avec une certaine moralité, mais je portais un physique qui n' en avait pas ». D' où l' importance du physique au cinéma. Ce type d' actrice a disparu des écrans. Regrettons-le.

15:40 Publié dans Blog, Livre, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biographie, cinéma

LE WESTERN (cinéma) par CHRISTIAN VIVIANI

210542230_L.jpgL' originalité du livre de Christian Viviani est de nous faire découvrir le western par ses personnages : les justiciers de l' ouest, les hommes blessés, hommes de l' ouest, les kids, les hommes de nulle part, propriétaires et nantis, les hommes de loi, à l' ombre des potences, les cavaliers du crépuscule, femmes à poigne, femmes tranquilles... Ce qui permet au non-cinéphile de s' intéresser à un genre du cinéma souvent décrié pour ses figures monolithiques.

La fin de l' ouvrage se termine par un récapitulatif consacré aux réalisateurs : Grands et petits maîtres. Il est aussi souligné l' importance des scénaristes qui sont souvent des écrivains : Niven Bush, Frank Fenton ou Borden Chase par exemple.

L' édition date de 1982 et n'a pas été remise à jour. C' est un peu dommage. Une nouvelle édition serait la bienvenue.

Merci d' avance à Christian Viviani.

13:19 Publié dans Blog, Livre, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, western