Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2010

ROBERT ALDRICH par MICHEL MAHÉO

9782869300842.gifMichel Mahéo est un fondu de Robert Aldrich. Et comme tous les fondus, il fonce bille en tête. Dans l' introduction de son livre, il dit qu' un échec d' Aldrich vaut mieux qu' une réussite de Lumet, de Pakula, voire Pollack.

Si des œuvres sont à redécouvrir : "Feuilles d' automne" (1956), "El Perdido" (1961), "Le démon des femmes" (1968), "Faut-il tuer Sister George ?" (1968), "L' empereur du nord" (1973), les deux films avec Burt Reynolds, "Bandes de flics" (1977) ou "Deux filles au tapis" (1981) ; certains films sont des échecs irrémédiables : Les deux westerns parodiques que sont "Quatre du Texas" (1963) et "Un rabbin au far-west" (1979), "Trahison à Athènes" (1959) où il ne fut pas soutenu par Robert Mitchum - dans son mode "rebelle", mais je viens chercher le chèque à la fin du tournage - et "Sodome et Gomorrhe" (1963).

Mais on peut apprécier ce livre d' environ 150 pages, par la conviction, les arguments et les renseignements de Michel Mahéo. C' est le seul ouvrage sur "Big Bob" que l' on peut se procurer facilement. En espérant qu' un jour, Claude Chabrol, son plus grand exégète, écrive enfin le sien.

16:19 Publié dans Blog, Livre, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biographie, cinéma

18/02/2010

VIVIANE ROMANCE par ALAIN FEYDEAU

51ZWSGSXHPL__SL500_AA240_.jpgPOUR LES ADMIRATEURS, SEULEMENT.

Alain Feydeau, le petit-fils de qui vous savez, mais si, l' auteur de théââââtre dont chaque fois que l' on rejoue une de ses pièces, on nous dit qu' elle est toujours d' actualité. C' est vrai que les histoires de pot de chambre, c' est toujours d' actualité. Donc Alain Feydeau, eh bien... il ne s' est pas foulé.

Une vingtaine de pages parcourant la vie de Viviane Romance, sur un ton snob. Il devait croire qu' il écrivait encore la biographie de la grande Dâââme du théââââtre et du cinématographe Edwige Feuillère. Après, il nous sert une centaine de pages qui retracent la filmographie de l' une des plus belles garces du cinéma. Et là, si on a droit à beaucoup de belles photos de la collection personnelle de Alain Feydeau, le descriptif se limite à l' énumération des réalisateurs, acteurs, scénaristes... et aux résumés des scénarios. Pas d' avis, pas de critique, rien.

Très bien pour les photos.

N.B. Lorsque j' écris, "l'une des plus belles garces du cinéma", je décris les rôles de Viviane Romance à l' écran bien entendu...

08:07 Publié dans Blog, Livre, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biographie, cinéma

17/02/2010

URIAH HEEP : FIREFLY.

41aHIGEnvBL__SL500_AA240_.jpgUriah Heep est entre deux courants des années 70. Cet engeance de "rock progressif" et le satané "hard rock". Deux genres très décriés par la critique rock spécialisée (?). Pourtant du "rock progressif", Uriah Heep n' en a pas les principaux défauts : Morceaux de musique interminables et musiciens virtuoses démonstratifs. Du "hard rock", il n' en a pas les principales qualités : Énergie simple et directe et riffs rentre-dedans.

En ce qui concerne le style Uriah Heep, et plus particulièrement cet album, leurs meilleures chansons sont plutôt un tempo moyen tel que "The Hanging Tree" ou des ballades comme "Wise Man" et le beau "Rollin on". Les titres rocks comme "Who Needs Me" et "Do you Know" sont des pastiches sympathiques sans plus. Le complexe "Been Away Too Long" passe un peu mal l' épreuve du temps de ce disque très typé seventies. Par contre, "Firefly" avec ses changements de rythmes et ses chœurs très "Crosby, Stills and Nash" est intéressant.

John Lawton remplace à partir de cet album David Byron. Si il est un chanteur plus agressif, il ne possède néanmoins pas l' aisance et le lyrisme de son prédécesseur. Il force souvent sa voix quand elle arrive dans les aigus. Il sera beaucoup mieux sur "Fallen Angel", le troisième, dernier et meilleur disque qu' il fera avec Uriah Heep.

13:32 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : uriah heep, firefly