Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2019

Le tricycle rouge de Vincent Hauuy. Livre paru en 2017. Thriller.

81dKUKEddyL.jpgC' est bien écrit voire très bien écrit. C' est bien agencé. Multiplications des enquêteurs flics et scribouillarde concernant un serial killer (encore un!) ainsi que la disparition d' un journaliste dans les seventies. Un des investigateurs est un profiler à la patte folle, le genre de mec qui perçoit ce qui s' est passé sur une scène de crime (tu parles d' un bobard!). Un autre est une jeune femme journaliste-blogueuse aux goûts musicaux douteux, elle s' injecte dans les pavillons du Supertramp / Abba (c' est le crime ultime du bouquin!). À propos de l' intrigue tout y est : un petit coup de mafia pour la fausse piste, pédophilie, CIA, théorie(s) du complot (nous sommes tous les fils d' Oliver Stone!), darknet... les détails des scènes de crime tous nauséeux n' étaient peut-être pas obligatoires. Doté d' un titre très recherché chacun des petits chapitres, six pages en moyenne ce qui provoque un très bon confort de lecture, s' achève sur un suspens bien aménagé. Tout cela représente beaucoup de travail avec un dénouement(?) qui impose une suite.
Une réflexion me revient, je ne sais plus si elle est de Georges Simenon ou W. R. Burnett : ce qui est important ce n' est pas l' intrique mais les personnages. Et dans ce livre de Vincent Hauuy, nous sommes plutôt dans le néo-whodunit ou plus précisément dans les péripéties qui entraînent d' autres péripéties.

11:26 Publié dans Blog, Livre, Web | Lien permanent | Commentaires (0)

25/06/2019

MIRACLE EN ALABAMA (1962) de ARTHUR PENN avec Anne Bancroft, Patty Duke, Victor Jory et Inga Swenson. Blu-ray sorti en 2019.

61Icv2ubejL._SY445_.jpgMiracle en Alabama (1962) peut paraître impressionnant si on n' a pas visionné Mandy (1952) d' Alexander Mackendrick sur un sujet plus que voisin. Rien que les premières scènes, où Inga Swenson hystérise, confirment l' origine théâtrale du film d' Arthur Penn. La découverte de la surdité de la petite Mandy chez Alexander Mackendrick est graduelle et procède par petites expériences quasi-cliniques, là où Arthur Penn tombe pas loin dans le style gothique de la Hammer. Anne Bancroft contrôle ses effets, ce n' est pas toujours le cas de Victor Jory. Arthur Penn est dans sa première partie de carrière. Le gaucher (1958) qui définissait le style laconique et humoristique du réalisateur ne se reconnaît pas plus dans Miracle en Alabama (1962) que dans La poursuite impitoyable (1966).
Œuvre à voir, même si elle est un peu démonstrative. La gouvernante Anne Sullivan, dont le passé est plus qu' éprouvant, est davantage mémorable que celui de la jeune Helen Keller.

Film en noir et blanc de 1962 d' une durée de 106 mn au format 16/9 respecté
Version audio anglaise et française
Sous-titres français

Bonus du blu-ray :
- Un miracle à Hollywood (35 mn) : une interview de Frederic Mercier, critique de cinéma.
- La bande annonce
- Un livret de 36 pages écrit par Christophe Chavdia



20:56 Publié dans Blog, cinéma, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0)

30/04/2019

Le Crash mystérieux (1964) de Ralph Nelson avec Glenn Ford, Rod Taylor, Suzanne Pleshette, Nehemiah Persoff, Nancy Kwan, Mark Stevens et Constance Towers. DVD sorti en 2018.

téléchargement.jpgCe film prouve déjà une certaine décadence du cinéma hollywoodien ; le professionnalisme fout le camp. Ralph Nelson est un médiocre metteur en scène, incapable d' introduire un flashback et n' a aucun esprit de synthèse ; il n' est guère aidé par la médiocrité des maquettes. La direction d' acteurs laisse à désirer. Seul Nehemiah Persoff s' en sort haut la main et Mark Stevens est vraiment émouvant ; Constance Towers, l' héroïne de deux grenades quadrillées de Samuel Fuller, est éteinte et terne. Le scénario est convenu avec un twist final navrant. Que vient faire Glenn Ford dans cette galère où le sympathique Rod Taylor rame. Apparition catastrophique de Jane Russell à la limite du foutage de gueule et prestation conventionnelle de Dorothy Malone en éternelle héritière bourgeoise cynique. Même pas une petite consolation pour admirer les mirettes de Suzanne Pleshette, le film est en noir et blanc...

Film en noir et blanc de 1964 au format 16/9 respecté d' une durée de 106 mn
Version audio anglaise sous-titrée française
Pas de version audio française


09:00 Publié dans Blog, cinéma, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0)