Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2009

THEATRE OF TRAGEDY : Forever is The World

51T2AEonpGL__SL500_AA240_.jpgPRÉCIEUX COMME LE PLAISIR.

Theatre of Tragedy nous offre un album qui recèle un trésor que l' on croyait perdu : la mélodie. Surtout axé sur des rythmes lents et moyens, c' est quand même leur habitude, des chansons comme "Hide and Seek", "Revolution", "Astray", "Frozen", "Illusions" ou "Forever is The World" sont d' une beauté rare et d' une mélancolie pleine d' apesanteur.

La subtilité instrumentale générale, en particulier le batteur Hein Frode Hansen, renforcée par la voix sensible et non maniérée de Nell Sigland vont à l' encontre des préjugés qu' à le public lambda contre le Métal. Seule réserve, le peu de présence de la "voix récitante" de Raymond I.Rohonyi.

En tout cas l' album "Forever is The World" est plus profond et attachant que leur précédent CD "Storm".

13/11/2009

EDDIE FLOYD : The Platinum Collection.

51yPNYQce6L__SL500_AA240_.jpgMoins roots que Sam & Dave, moins puissant que Wison Pickett, moins habité que Otis Redding ; Eddie Floyd est le plus crooner du lot. Les vingt chansons se cantonnent aux années 1966, sa meilleure année, à 1968. En tête de liste, l' éternel "Knock On Wood"" co-écrit par le génial guitariste Steve Crooper comme la plupart des titres de ce CD : "634-5789", "One A Saturday Night", "Hey Now"... Il y a aussi le magnifique "Big Bird" avec son introduction tellurique aux cuivres. Pour un tel petit prix, on ne s' en prive pas.

20:32 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, eddie floyd

THE INMATES : SHOT IN THE DARK.

419HB4HWZCL__SL500_AA240_.jpgAh, la classe de Bill Hurley et de Peter Gunn, c' est quelque chose. Pas beaucoup peuvent porter le costard, ils ont dû regarder en boucle les polars de Bogart, Mitchum et Garfield. Nous, on portait des fringues avec lesquelles ils n' auraient même pas fait leur vidange de bagnole. D' ailleurs des mecs doivent la faire leur vidange et gratis. Et puis les pompes de Bill, t' as vu les pompes ! La classe je te dis ! LA CLASSE !

Cette plongée dans le pub-rock, plus sixties tu meurs, est d' une honnêteté qui accompagne toute une vie. Les guitares sonnent plus "Yardbirds" que "Stones" même s' ils reprennent "So Much In Love". Les solos sur "Stop It Baby" sont dignes du Jeff Beck fracassant sa guitare dans "Blow-Up" (1966) de Micheleangelo Antonioni. Mais il a de la classe Peter Gunn, il casse pas sa guitare. La voix de Bill Hurley est au-dessus de tous. Autant de Jagger que du regretté Lee Brilleaux.

Acquis à prix d' or auprès d' un japonais car les sillons de mon vinyl ressemblent à des crevasses.

17:58 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blues-rock, musique