Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2010

URIAH HEEP : FIREFLY.

41aHIGEnvBL__SL500_AA240_.jpgUriah Heep est entre deux courants des années 70. Cet engeance de "rock progressif" et le satané "hard rock". Deux genres très décriés par la critique rock spécialisée (?). Pourtant du "rock progressif", Uriah Heep n' en a pas les principaux défauts : Morceaux de musique interminables et musiciens virtuoses démonstratifs. Du "hard rock", il n' en a pas les principales qualités : Énergie simple et directe et riffs rentre-dedans.

En ce qui concerne le style Uriah Heep, et plus particulièrement cet album, leurs meilleures chansons sont plutôt un tempo moyen tel que "The Hanging Tree" ou des ballades comme "Wise Man" et le beau "Rollin on". Les titres rocks comme "Who Needs Me" et "Do you Know" sont des pastiches sympathiques sans plus. Le complexe "Been Away Too Long" passe un peu mal l' épreuve du temps de ce disque très typé seventies. Par contre, "Firefly" avec ses changements de rythmes et ses chœurs très "Crosby, Stills and Nash" est intéressant.

John Lawton remplace à partir de cet album David Byron. Si il est un chanteur plus agressif, il ne possède néanmoins pas l' aisance et le lyrisme de son prédécesseur. Il force souvent sa voix quand elle arrive dans les aigus. Il sera beaucoup mieux sur "Fallen Angel", le troisième, dernier et meilleur disque qu' il fera avec Uriah Heep.

13:32 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : uriah heep, firefly

10/02/2010

MISSISSIPPI JOHN HURT : CANDY MAN BLUES The Complete 1928 sessions

41YV3G5VEGL__SL500_AA240_.jpgDès "Frankie", ce style de guitare acoustique alliant rythme et mélodie nous titille l' oreille. Sa voix nous chante des airs que l' on retient à la première écoute tel que "Louis Collins", "Nobody' s Dirty Business", "Praying On The Old Camp Ground" ou "Blessed By Thy Name". Une douceur mélancolique comme "Big Leg Blues" finit de nous conquérir pour toujours.

Ces treize chansons enregistrées en trois séances en 1928, les deux premières le 14 février, les quatre suivantes le 21 décembre et les sept dernières le 28 décembre, ne sont en aucun cas archaïques. La qualité de son est d' ailleurs assez remarquable vu l' époque, à part un grésillement sur "Blue Harvest Blues".

Achat obligatoire pour ceux qui aiment le talent voire le génie.

12:36 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blues, musique

04/02/2010

BANGLES : DIFFERENT LIGHT

51vYZ3m6sYL__SL500_AA240_.jpgAprès un très bon premier album "All Over The Place" (1984), déboule "Different Light" en 1986 et c' est la ruée dans les charts mondiaux avec des chansons mélodiques comme "Manic Monday" écrite par Prince et "If She Knew What She Wants" de Jules Shear où la voix sensuelle de Susanna Hoffs fit des ravages dans nos cœurs et le marrant "Walk Like An Egyptian" de Liam Sternberg.

Mais l' album a d' autres trésors, notamment la voix grave et profonde de la bassiste Michael Steele avec la reprise de "September Gurls" d' Alex Chilton, le créateur de "The Letter" popularisée par Joe Cocker, et une composition personnelle, la belle ballade acoustique "Following". Les énergiques "In a Different Light", chantée par la guitariste Vicki Peterson, et "Let it Go", entonnée en chœur par les quatre demoiselles, ne sont pas à négliger, loin de là. Le syncopé "Walking Down Your Street" remet en avant la mignonne Susanna Hoffs.

Elles avaient tout pour devenir le plus grand groupe féminin pop-rock, malgré une faiblesse instrumentale sur scène. Malheureusement, elles commencèrent à comptabiliser, chronomètre en main, leur présence respective dans les clips. Les jalousies, après le bon album paru en 1988 "Everything", montèrent d' un cran et ce fut le split l' année suivante. Ah les filles...