Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2011

VELVET UNDERGROUND : VELVET UNDERGROUND & NICO + WHITE LIGHT/WHITE HEAT

musiqueUN SONGWRITER HAUTAIN ENTOURÉ DE GUIGNOLS.

Peut-être trop assourdi par le hard rock (Deep Purple, Led Zeppelin, Cactus...) ou obnubilé par les guitaristes de blues rock (Jimi Hendrix, Rory Gallagher, Johnny Winter...), Lou Reed pouvait vous passer au-dessus de la tête. Il faut dire que les interwiews de l' homme, où il se prenait très au sérieux et cultivait l' antipathie, n' aidaient pas à nous intéresser à son univers. Dans ce double CD qui regroupe les deux premiers albums du Velvet Underground, et donc les premiers enregistrements officiels de Lou Reed qui y signe quasiment tous les titres, le premier The Velvet Underground & Nico est effectivement de très haut niveau par la qualité de ses compositions. Ne détaillons pas les chansons, elles sont toutes excellentes. La voix sépulcrale, hésitante et un peu fausse de Nico peut agacer et les autres musiciens sont des... nains aux mains tremblantes, incapables d' assurer leur partie musicale. Le comble est atteint avec leur deuxième album White Light/White Heat, où la participation de Lou Reed à l' écriture est un peu moindre, la qualité des compositions est néanmoins présente, mais là il faut supporter un rigolo de guitariste, apparemment du nom de Sterling Morrison, sur Sister Ray qui agresse nos oreilles avec des solos indignes pendant un bon quart d' heure. À noter aussi que le son des deux albums est approximatif. L' univers reedien sombre, nuiteux, bizzare et sado-masochiste est à découvrir tout de même...




22:00 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique

21/02/2011

FRANK MICHAEL : STILL THE SAME

phfmalb0324.jpgPhysiquement Frank, il bouge pas, toujours ce même look pour publicité de lotion après rasage. Il est toujours vaillant comme Iggy. Frank ne passe jamais chez Drucker comme Little Bob ou autrefois les Dogs, par contre Lavilliers ou Aubert... Frank s'est taillé un public à force de tournées sur une quarantaine d' années, où il est allé dans les moindres recoins de la France à la recherche de cette population oubliée composée de grands mères aux cheveux bleus argentés. Frank Michael, il est comme Mitch Ryder, c' est pas un vendu. Frank, il a bossé pour ce fameux public de grands mères qui finissent seules dans les maisons de retraite, dans les maisons de repos où entre deux séances de chimiothérapie, un cassage de col du fémur ou deux emballements cardiaques regardent à la téloche Derrick, Plus belle la vie... et écoute Radio Bleu, la seule station FM à passer du Frank Michael. Frank, il respecte ses admiratrices, il continue d' aller à leur rencontre, car il en faut bien un qui comble la solitude et le sentiment d' abandon.




18/01/2011

SHADES of MITTY COLLIER : THE CHESS SINGLES 1961-1968.

51kuNRIMGxL._SL500_AA300_.jpgCette chanteuse de rythm'n'blues, qui se reconvertira dans le Gospel dans les années 70 - c' est tout de même mieux que de se fourvoyer dans le Disco -, a enregistré des singles brûlants chez Chess entre 1961 et 1968, où sa voix grave, profonde, assurée et un peu éraillée est à déguster avec avidité et renvoie à ses séances de gymnastique Mick Jagger et Éric Burdon peut continuer de se toucher l' entrejambe de dépit. D' ailleurs plus Mitty Collier va dans les graves, plus elle nous donne des frissons, ce qui la distingue aussi de ses consœurs de l' époque. L' énorme qualité des orchestrations alliant cordes et cuivres - on se pose même la question si la maison Chess n' est pas supérieure musicalement à la maison Stax surtout si l' on possède trois autres compilations Chess : "The Very Best Of Fontella Bass", "Sugar Pie DeSanto / Go Go Power : The Complete Chess Singles 1961-1966" ou "The Chess Collection : Laura Lee" -, un son clair et nettoyé permet une écoute excellente et appréciable. Mitty Collier chante "I'm Satisfied", et bien je le suis aussi et au-delà de tout !

18:11 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0)