Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2011

FRANK MICHAEL : STILL THE SAME

phfmalb0324.jpgPhysiquement Frank, il bouge pas, toujours ce même look pour publicité de lotion après rasage. Il est toujours vaillant comme Iggy. Frank ne passe jamais chez Drucker comme Little Bob ou autrefois les Dogs, par contre Lavilliers ou Aubert... Frank s'est taillé un public à force de tournées sur une quarantaine d' années, où il est allé dans les moindres recoins de la France à la recherche de cette population oubliée composée de grands mères aux cheveux bleus argentés. Frank Michael, il est comme Mitch Ryder, c' est pas un vendu. Frank, il a bossé pour ce fameux public de grands mères qui finissent seules dans les maisons de retraite, dans les maisons de repos où entre deux séances de chimiothérapie, un cassage de col du fémur ou deux emballements cardiaques regardent à la téloche Derrick, Plus belle la vie... et écoute Radio Bleu, la seule station FM à passer du Frank Michael. Frank, il respecte ses admiratrices, il continue d' aller à leur rencontre, car il en faut bien un qui comble la solitude et le sentiment d' abandon.




18/01/2011

SHADES of MITTY COLLIER : THE CHESS SINGLES 1961-1968.

51kuNRIMGxL._SL500_AA300_.jpgCette chanteuse de rythm'n'blues, qui se reconvertira dans le Gospel dans les années 70 - c' est tout de même mieux que de se fourvoyer dans le Disco -, a enregistré des singles brûlants chez Chess entre 1961 et 1968, où sa voix grave, profonde, assurée et un peu éraillée est à déguster avec avidité et renvoie à ses séances de gymnastique Mick Jagger et Éric Burdon peut continuer de se toucher l' entrejambe de dépit. D' ailleurs plus Mitty Collier va dans les graves, plus elle nous donne des frissons, ce qui la distingue aussi de ses consœurs de l' époque. L' énorme qualité des orchestrations alliant cordes et cuivres - on se pose même la question si la maison Chess n' est pas supérieure musicalement à la maison Stax surtout si l' on possède trois autres compilations Chess : "The Very Best Of Fontella Bass", "Sugar Pie DeSanto / Go Go Power : The Complete Chess Singles 1961-1966" ou "The Chess Collection : Laura Lee" -, un son clair et nettoyé permet une écoute excellente et appréciable. Mitty Collier chante "I'm Satisfied", et bien je le suis aussi et au-delà de tout !

18:11 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0)

08/01/2011

RUBY JOHNSON : I'LL RUN YOUR HURT AWAY.

41XRZ8PKNSL._SL500_AA300_.jpgEt voilà, encore une chanteuse de rythm'n'blues dont la voix puissante et la force d' interprétation sont à écouter de toute urgence. La carrière discographique de Ruby Johnson (1936-1999) n' est pas énorme, elle dure de 1960 à 1968, elle n' est composée que de 45 tours. Ici n' est représentée que la dernière période, celle de ses trois derniers singles chez Volt - "I'll Run Your Hurt Away"/"Weak Spot" ; "Come To Me My Darling"/"When My Love Comes Down" ; "If I Ever Needed Love (I Sure Do Need It Now)"/"Keep On Keeping On" -, plus, pour compléter le CD, quatorze chansons inédites issues des mêmes sessions de 1966 à 1968 avec les inusables Cropper (guitare), "Duck" Dunn (basse), Jackson (batterie) et le grand Isaac Hayes aux claviers. Hayes est aussi l' auteur-compositeur avec son compère David Porter des hits qui firent entrer, timidement, dans les charts Ruby Johnson. Malheureusement, comme nous l' apprend le livret, la carrière de Ruby Johnson tourna court. Elle continua de chanter dans les clubs jusqu' en 1974, puis elle décida de prendre un travail normal et de s' occuper d' enfants handicapés. Pas de plongée glauque dans l' alcool, la drogue... Donc, il n' y a pas que la chanteuse à redécouvrir, mais la femme aussi. Certains de ses premiers enregistrements augmentés d' un paquet d' inédits figurent sur "Ruby Johnson meets Pearl Reaves", mais le Cd semble indisponible pour l' instant.

14:37 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soul