Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2011

JEWEL : SPIRIT

51yFWWcIzpL._SL500_AA300_.jpgJewel... comme ce prénom lui va bien... je ne possède d' elle que ce merveilleux album de 1998 rempli de mélodies douces-amères et d' émotivité toute féminine, du moins de ce que l' on espère d' une jeune femme ; je ne parle pas ici d' un petit gnome de chanteuse islandaise qui fait pipi sur la viande avant de la manger. Ce disque est un petit chef d' œuvre dans le genre au même titre que Solitude Standing (1987) de Suzanne Vega ou Shooting Rubberbands at the Stars (1988) d' Edie Brickell & The New Bohemians. Un mélange de musique folk raffinée et de mélopées pop subtiles qui nous donne les chansons captivantes Deep Water, Hands, Down So Long avec au début sa citation à Marilyn Monroe ou Jupiter ; des chansons qui sont accompagnées d' un piano éthéré, de guitares fines et aériennes et de légères accélérations de batterie. Jewel nous emmène dans son monde intimiste et mélancolique avec sa voix un peu timide et sensuelle. Elle réussit tout ce que nos jolies murmureuses françaises ratent.


23:41 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique

25/02/2011

CLAUDINE LONGET : HELLO, HELLO - THE BEST OF.

51-dqHUvg+L._SL500_AA300_.jpgDe Claudine Longet, je ne connaissais que son rôle dans le désopilant film de Blake Edwards The Party (1968) avec bien sûr le génial Peter Sellers, et cette histoire dramatique qui se passa le 21 mars 1976 où le champion de ski Wladimir Spider Sabich perdit la vie. Cette très jolie chanteuse à la voix fluette et gracile a donc participé à cette compilation en 2005, après ce long silence. Claudine n' a effectivement pas plus de voix que Françoise Hardy ou notre Première Dame italienne. Le miracle tient à une orchestration pleine d' inventivité où cordes, percussions et instruments à vent sont d' une légèreté et d' une délicatesse qui s' harmonise avec sa voix doucereuse et insouciante. Du easy listening le plus pur qui soit, pas de cri, pas de douleur, que de la futilité jouissante. Dans ses vingt-cinq titres, on peut y trouver des reprises de l' inévitable Burt Bacharach The Look of Love, du Francis Lai avec bien entendu A Man and a Woman, du Joni Mitchell du début Both Side Now, deux chansons de Randy Newman I Think It's Gonna Rain Today et Snow, une reprise de Everybody's Talkin' popularisé par Harry Nilsson pour le film Macadam Cowboy (1969) de John Schlesinger, ou du Carlos Jobim que vous apprécierez même si vous êtes comme moi un peu allergique à la bossa nova.




22:23 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique

24/02/2011

VELVET UNDERGROUND : VELVET UNDERGROUND & NICO + WHITE LIGHT/WHITE HEAT

musiqueUN SONGWRITER HAUTAIN ENTOURÉ DE GUIGNOLS.

Peut-être trop assourdi par le hard rock (Deep Purple, Led Zeppelin, Cactus...) ou obnubilé par les guitaristes de blues rock (Jimi Hendrix, Rory Gallagher, Johnny Winter...), Lou Reed pouvait vous passer au-dessus de la tête. Il faut dire que les interwiews de l' homme, où il se prenait très au sérieux et cultivait l' antipathie, n' aidaient pas à nous intéresser à son univers. Dans ce double CD qui regroupe les deux premiers albums du Velvet Underground, et donc les premiers enregistrements officiels de Lou Reed qui y signe quasiment tous les titres, le premier The Velvet Underground & Nico est effectivement de très haut niveau par la qualité de ses compositions. Ne détaillons pas les chansons, elles sont toutes excellentes. La voix sépulcrale, hésitante et un peu fausse de Nico peut agacer et les autres musiciens sont des... nains aux mains tremblantes, incapables d' assurer leur partie musicale. Le comble est atteint avec leur deuxième album White Light/White Heat, où la participation de Lou Reed à l' écriture est un peu moindre, la qualité des compositions est néanmoins présente, mais là il faut supporter un rigolo de guitariste, apparemment du nom de Sterling Morrison, sur Sister Ray qui agresse nos oreilles avec des solos indignes pendant un bon quart d' heure. À noter aussi que le son des deux albums est approximatif. L' univers reedien sombre, nuiteux, bizzare et sado-masochiste est à découvrir tout de même...




22:00 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique