Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2012

SAXON : A COLLECTION OF METAL. CD.

51dBOI68rQL._SL500_AA300_.jpgSaxon est-il un grand groupe de Metal, de Hard ou d' Heavy... enfin ce genre de truc quoi. Lorsque l' on connaît et que l' on est de la génération de Led Zeppelin, Free, Deep Purple, Thin Lizzy voire Black Sabbath de la période d' un chanteur ectoplasmique que je n' aime pas donc Ozzy Osbourne, voire Hawkwind dans ses moments de rythmiques telluriques (Lost Johnny, Silver Machine, Kings of Speed) pour en rester aux formations anglaises ... la réponse ne peut être que négative. Saxon, c' est un groupe sympa, honnête mais peu inspiré et peu aventureux. C' est comme un groupe de potes qui aurait réussi à se tailler un succès en surfant sur la vague de cette NWOBHM (New Wave of truc bidule) qui n' aura réussi auprès de moi qu' une seule chose : me détourner de ce genre de.... musique pendant les terrifiantes années 80. Quelques exceptions cependant, Motörhead évidemment, Girlschool... Bon moi je me remets Sam the Sham and the Pharaohs, dose(s) de bonne humeur garantie.





00:49 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : métal, musique

15/01/2012

BLACK SABBATH : CHILDREN OF THE SEA. DVD.

41+4NM+BqeL._SL500_AA300_.jpgIl y a des jours où la haine monte en vous sans pouvoir la calmer. Dans l' édition de DVD, certains professionnels (?!) profitent des fans, surtout de leur (petit) compte en banque, pour nous proposer des produits qui tiennent du cynisme le plus absolu. Les 46 minutes de ce concert enregistré pendant un festival au Brésil en 1994 valent juste un passage direct à la poubelle (ne pas oublier de le balancer dans la poubelle des déchets recyclables). Ce n' est pas la prestation scénique de Black Sabbath qui est en cause, mais la qualité de l' image qui correspond à une cassette VHS que l' on aurait trouvée dans une cave humide aux murs pleins de salpêtre... et le son vaut mieux ne pas en parler. À noter que le chanteur présent sur cette... chose est Tony Martin ; ce serait Ronnie James Dio, on aurait peut-être pardonné... et encore...

22:56 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : métal, musique

03/10/2011

TODD RUNDGREN : HERMIT OF MINK HOLLOW (1978). CD.

51k8Y2Vuw3L._SL500_AA300_.jpgAlors que Todd Rundgren nous assène cette année d' un album de reprises du bluesman légendaire Robert Johnson tout-à-fait dispensable, il est de bon ton de se replonger dans un de ses albums les plus réussis et les plus aboutis paru en 1978. Hermit of Mink Hollow sort dans les bacs après que Rundgren se libère d' expériences style rock progressif qu' il est de bon goût de ne pas aimer : Les faces B de Todd Rundgren's Utopia (1974) ou Initiation (1975) par exemple. Donc il revient aux amours de ses cinq premiers albums : Runt (1970), The Ballad of Todd Rundgren (1971), Something/Anything (1972), mais, déjà sur A Wizard, A True Star (1973) et Todd (1973) il y a quelques petites dérives progueuses ; disons plutôt que ces deux derniers albums sont foutraques et bordéliques. Donc pour Hermit of Mink Hollow on y trouve des chansons et rien que des chansons, même si les mélodies ne sont pas toujours immédiates comme chez son alter-égo Randy California dont ils partagent le même manque de reconnaissance du public et une armée de fanatiques idolâtres (je dois en faire partie...). À écouter pour commencer Can We Still Be Friends, titre qui sera l' un de ses rares hit, pour se faire une idée et qui peut être une excellente entrée en matière de l' univers du dandy cybernétique.


10:49 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pop-rock, musique