Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2012

PETER GREEN SPLINTER GROUP. BLUES DON'T CHANGE. CD. 2001.

41955RwgiXL._SL500_AA300_.jpgPeter Green est l' inventeur dans la troisième partie de sa carrière (1997-2004) d' un nouveau style de blues : le blues-fantôme. Tous les albums qu' il fit avec le Splinter Group n' ont pas de corps, de chair et ni de profondeur. Ils sont éphémères et font penser aux feux de Saint-Elme ; ce qui ne sont pas les qualités premières pour le blues. N' attendons pas de Peter Green des compositions inédites, de nouveaux "Albatross", "Black Magic Woman", "Oh Well"... Peter Green n' écrit quasiment plus rien, à part deux ou trois trucs, depuis l' album "In The Skies" (1979) son dernier chef d' œuvre. Donc nous avons droit dans ce "Blues Don't Change" (2001) aux reprises de Muddy Waters ("Honey Bee"), John Lee Hooker ("Crawlin' King Snake"), Willie Dixon ("Little Red Rooster"), Albert King ("Blues Don't Change"), Sonny Boy Williamson II ("Don't Start Me Talking"), Jimmy Reed ("Honest I Do")... et celle méconnaissable de "Help Me Trough The Day" de Freddie King, chanson écrite par Leon Russell, dans des interprétations brumeuses pour ne pas dire estudiantines de la part des accompagnateurs de Peter Green ; lui se promenant hagard comme un linceul en peine, ce qui rend les disques du Splinter Group intéressants. Des questions se posent sur cette désincarnation : était-ce son état normal à l' époque ? ... ou bien, il ne s' est jamais remis de la version de "The Green Manalishi" par Judas Priest !?


20:02 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blues

17/05/2012

I'M RICK JAMES. THE DEFINITIVE DVD.

soul,musique I'm Rick James, bitch !

Revoir Rick James avec ses fringues de dingue (plus kitch, tu meurs), ses lignes de basse funk imparables (celle de Super Freak sera la plus pillée et samplée du monde), son comportement encore plus machiste que James Brown et Ike Turner réunis, c' est une plongée dans une époque (1978-1985) pleine d' excès et de frime dont Rick James était le Roi, et pas juste du ghetto. Ses albums étaient d' un esprit de synthèse remarquable, d' une vision d' ensemble très conceptuelle dès son premier disque Come Get It (1978), il n' y avait pas quelques hits complétés de remplissage comme chez Prince. On retrouve dans ce DVD ses apparitions en playback dans les émissions de Don Kirchner, Dick Clark, Dinah Shore et le Soul Alive, plus trois extraits du concert Superfreak Live 82 au Rockpalast, concert dont la qualité de son n' est pas très bonne, mais on s' en fout car c' est le seul témoignage en public que l' on possède de lui. Il y a aussi les clips vidéo cheap de Super Freak, Glow, Give It To Me Baby, Ebony Eyes avec Smokey Robinson et Standing On The Top avec The Temptations et trois clips de promotion inédits Trowdown, She Blew My Mind et Hard To Get. Le label Motown a réuni tout cela pour lui, afin de rendre hommage, ils lui devaient bien, car c' est quand même Rick James qui sauva la boutique et « conceptualisera » la chanteuse Teena Marie et les Mary Jane Girls, des dames à (re)découvrir.

DVD toutes zones. Format 4/3. Durée de 135 mn.
Son en DTS ainsi que dolby digital 5.1 ou 2.1.



21:08 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soul, musique

05/04/2012

CHIMÈNE BADI : GOSPEL & SOUL. CD. 2012.

419TCK3e7PL._SL500_AA300_.jpgParfois, j' ai juste envie de passer mon chemin. Je me dis que ça ne sert à rien de donner son avis, qu' il y a des gens qui aiment cette chanteuse voire qui l' adorent ; mais là ! Hormis d' avoir osé une reprise de Ain't No Mountain High Enough avec Billy Paul , et, Chimène Badi qui est sous la semelle de Tammi Terrell et Diana Ross, ainsi que Try a Little Tenderness où l' art est de faire se retourner Otis Redding dans sa tombe, elle s' est attaquée à Ma Liberté écrite par Georges Moustaki ! Cette chanson interprétée, et, qui ne peut être interprétée comme tout le monde le sait, même Chimène Badi, que par Serge Reggiani ! Là, sa voix grossière et irritante, où il ne manque que les r roulés de Michèle Torr ou les intonations chialeuses de Jeane Manson, mérite pour ce CD un passage direct à la poubelle. Je l' ai acheté juste pour cela, pour faire plaisir à ma poubelle. Certains vont dire que c' est du masochisme, mais non, j' ai agi pour le bien de la chanson française et la bonne variét'. A-t-on besoin d' une loi pour protéger les chefs d' œuvre ? Que Chimène Badi retourne à ses auteurs de variétoche et à ses reprises de Michel Sardou, là, elle ne dérange personne !