Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2009

ROBERT WISE : NÉ POUR TUER.

51arTvX4VLL__SL500_AA240_.jpgPSYCHOLOGIQUE AVANT TOUT.

Bon film noir de Robert Wise de 1947 adapté d' un roman de James Gunn. Réalisé juste après son excellent western "Blood On The Moon" (1948) avec Robert Mitchum.

Lawrence Tierney, d' une froideur sans remords, assassine sa compagne du moment, l' amant de passage de celle-ci et s' enfuit. Claire trévor qui découvre les deux cadavres, prend le même train que Tierney pour San Francisco. Ils font connaissance.

La mise en scène à pas feutrés de Wise est l' un des meilleurs atout du film. La détermination sans aucune morale de Tierney provoque une telle fascination-répulsion sur Claire Trévor, qu' elle ne sait plus où est la frontière entre le bien et le mal. Quand Tierney épouse la belle Audrey Long, on se demande si Claire Trévor veut la mort de sa "sœur de lait" ou pas. On aura même pitié pour le minuscule et lâche Elisha Cook. Le détective privé joué par Walter Slezak a dû inspirer par sa morphologie et ses coups montés, l' énorme M.Emmett Walsh dans "Blood Simple" (1984) des frères Coen. En plus Slezak détient la morale du film !

Très bonne copie et photographie noir et blanc de Robert De Grasse. Version originale et version originale sous-titrée française.

Le film prend encore plus de valeur après plusieurs visions.

Né pour tuer 1.pngNé pour tuer 2.png

16:07 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, film noir

10/11/2009

DESPERATE : Anthony Mann trouve son style.

51LFLHLB+QL__SL500_AA240_.jpgAprès plusieurs menus travaux, il faut bien vivre, Desperate (1947) est la première vraie réussite de Anthony Mann. Son précédent polar Railroaded (1947) en était la répétition.

Un camionneur, incarné par Steve Brodie, embarqué malgré lui dans un hold-up qui causera la mort d' un policier, doit se mettre à l' abris avec sa femme enceinte, la belle Audrey Long.

Cette histoire classique permet à Mann de filmer plusieurs morceaux de bravoure. Le passage à tabac de Brodie sous une unique lampe se balançant au plafond et sous le regard de Raymond Burr. Les gros plans sur les visages de Burr, de son complice et de Brodie attendant la sonnerie d' un réveil matin. Le réglement de compte final dans une cage d' escalier...

Burr est impressionnant. C' est l' une de ses premières apparitions. Tellement massif qu' il n' arrête pas de se cogner aux bords de l' écran. Tellement sur les nerfs qu' il tape sur tout ce qui est vivant et le contredit. On va faire griller son petit frère sur une chaise électrique pour le meurtre du flic et Raymond, il est pas content.

Superbe image en noir et blanc de Georges E.Diskant.
Version française. Version anglaise sous-titrée française.
Durée 73 minutes.

Une leçon de cinéma.

Desperate 1.pngDesperate 2.pngDesperate 3.pngDesperate 4.pngDesperate 5.pngDesperate 6.png

14:03 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, film noir

09/11/2009

DEMENTIA : UN FILM "FOU".

dementia.jpgDans la catégorie OVNI du cinéma, Dementia (1953 ou 1955) de John Parker tient une place de choix. Ce cauchemar vécu, que lui raconta sa secrétaire Adrienne Barrett, est une œuvre unique de son auteur. Adrienne Barrett est aussi l' interprète de ce film sonore, sans parole, en noir et blanc et d' une durée de 56 minutes.

Dans une chambre d' hôtel miteux, Adrienne Barrett se réveille après un violent cauchemar, se dirige vers une commode, y extirpe un couteau et part déambuler dans les bas quartiers de Venice, une petite ville à côté de Los Angeles. Elle y rencontre un clochard ivre qui tente de la violer, un flic sadique prenant plaisir dans le passage à tabac et un rabatteur-gigolo qui l' offrira à un pervers nanti. Il y a même un cauchemar dans le cauchemar. L' héroïne se rend sur les tombes de sa mère (battue) et de son père (incestueux) et y revit son drame familial. Son père abat sa mère à coups de revolver et Adrienne plante un couteau dans le dos de son géniteur.

D' habitude ce genre de film, qui cultive le bizarre pour le bizarre, n' est jamais cohérent (?) et tourne à vide. Mais la séquence se passant dans le cimetière nous renvoie au début du film. Adrienne se trouve dans la cage d' escalier de l' hôtel, rencontre une petite fille assise sur les marches, est-ce Adrienne ? Après on aperçoit un policier embarquant un homme qui vient de battre sa femme, est-ce les parents de la petite fille ?

On compare souvent ce film à Le chien andalou (1928) de Buñuel ou Eraserhead (1976) de Lynch, mais Dementia fait surtout penser à Detour (1945) de Edgar G. Ulmer. Ces œuvres nous parlent de nos fantasmes et de nos vices enfouis dans nos consciences. En plus, Adrienne Barrett est aussi peu jolie et avenante que Ann Savage, l' actrice du film noir paranoïaque du réalisateur autrichien fabulateur.

N.B. Stéphane Bourgoin donne d' excellents renseignements dans les bonus du DVD.

Dementia 1.pngDementia 2.pngDementia 3.png