Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2009

RAOUL WALSH : VICTIME DU DESTIN (The Lawless Breed)

518ig26JqKL__SL500_AA240_.jpgRaoul Walsh n' aimait pas les films à message, ni les films français parlant d' amour frustré (la nouvelle vague ?). Et pourtant dans ce film, il y a bien un message sous ses dehors de western à petit budget.

Quand après plus d' une heure de péripéties aventureuses et amoureuses pour nous distraire, le criminel interprété par Rock Hudson est présenté devant un tribunal et que le juge dit : Ce tribunal soucieux de justice, refuse de céder aux exigences de l' opinion publique. Raoul Walsh veut bien démontrer que la justice doit-être indépendante de toutes pressions y comprit celle de la vindicte populaire. Sujet toujours d' actualité.

Western de série B par son budget. Western de série A pour sa mise en scène. Grand film pour le message qu' il délivre.

Version audio anglaise sous-titrée française uniquement. Film en couleur de 1952, d' une durée de 80 minutes. Format 4/3.

Victime du destin (1).pngVictime du destin (2).pngVictime du destin (3).png

10:25 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, western

22/11/2009

FRANÇOIS TRUFFAUT : TIREZ SUR LE PIANISTE.

51DZQfFSiUL__SL500_AA240_.jpgLE THÉORICIEN SE PLANTE.

L' une des théories les plus représentatives de Truffaut était : On ne fait pas un film avec une idée mais avec des idées. Ce qui n' est pas faux.

Pour ce film, les idées sont : Le choix de David Goodis, un auteur de roman noir particulièrement casse gueule à adapter au cinéma; les chansons comiquement sous-titrées du génial Boby Lapointe; la scène où il explique comment l' on montre la nudité au cinéma et pour notre grand plaisir les seins de Michèle Mercier; le choix de Charles Aznavour en totale adéquation avec l' univers goodisien.

Malheureusement, l' intrigue est traitée par dessus la jambe, donc irracontable, le comble du film noir, contrairement aux meilleures adaptations de Goodis par Delmer Daves avec "Les passagers de la nuit" (1947) et Jacques Tourneur avec "Nightfall" (1957). Ses idées ne sont pas reliées entre elles et peuvent être vues séparément sans que cela gêne la vision du film (?). Bref, on aurait préféré des courts métrages.

Cinq étoiles pour le courage, même si ici il est vain, comme dans beaucoup de films de Truffaut...

16:38 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, film noir

13/11/2009

GERARD OURY : La grande vadrouille

41wdZrOjr6L__SL500_AA240_.jpgOn venait de se prendre une décullotée en quinze jours par le "Moustachu". Le maréchal Pétain aidé de Laval venaient de promulguer les lois anti-juives. Il paraît qu' ils ne s' aimaient pas tous les deux. Comme quoi, on peut quand même s' entendre. Deux énergumènes, Bourvil et Louis De Funès, vont devenir malgré eux résistants. Certaines personnes sont devenues par hasard collabos ? ? ?

Pour avoir flatté l' humour "hénaurme" franchouillard.
Pour ne pas avoir affronté la vérité en face.
Ce film mérite cinq étoiles... pour se souvenir des millions d' autres.