Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2011

LE TEMPS DE LA COLÈRE (Between Heaven and Hell) de RICHARD FLEISCHER.

41Z7VAK8E5L._SL500_AA300_.jpgCe film de guerre est scénarisé par Harry Brown, écrivain et journaliste militaire pendant le second conflit mondial, d' après un roman de Francis Gwaltney, lui aussi ancien vétéran qui servit dans le pacifique où se passe l' action de cette œuvre. Il est réalisé par le précis Richard Fleischer, que les critiques traitaient de tâcheron voire de "yes-man", cinéaste professionnel servant avant tout son sujet.

« Le temps de la colère » nous présente la vie du soldat sur son théâtre d' opération ; son quotidien fait de courage, de peur, de fatigue et de souffrance. Les différents actes nous expliquent que l' on ne naît pas héros ou lâche, mais que l' on peut exécuter un acte de bravoure et être tétanisé par la peur ensuite ; cela est excellemment interprété par Robert Wagner. Buddy Ebsen est très bien aussi en soldat protecteur et compréhensif. Tout ce qui tourne autour de Broderick Crawford, dans le rôle d' un officier à l' esprit tordu et obsédé par les tireurs isolés, est très intriguant ; ses relations homosexuelles avec ses deux assistants-gardes du corps sont subtilement écrites et suggérées dans ce film tourné en 1956.

La (petite) partie se passant dans le sud des États-unis est la plus faible, surtout à cause de l' actrice Terry Moore, on se demande pourquoi elle est en deuxième position au générique tant son apparition est courte ; elle est d' une beauté quelconque et son jeu n' est guère brillant. Ce segment a tout de même le mérite de nous exposer comment est créée une garde nationale, situe les positions sociales des protagonistes et, plus tard, nous fera comprendre que l' armée peut casser les barrages sociaux ; si l' armée a une vertu, c' est celle-là. Mais ce barrage, l' ami de Robert Wagner, le Lieutenant joué par Tod Andrews, de la même riche classe sociale que lui, tient à le maintenir. Son beau-père, le Colonel incarné par Robert Keith, a un comportement humain mais très paternaliste envers ses hommes ; on le croirait sorti d' un film de John Ford.

Le propos qui conclue le film est universel et pourrait aisément être transposé dans n' importe quel conflit ; ces soldats ne veulent qu' une seule chose : après avoir accompli leur part de cette guerre, ils veulent rentrer chez eux... et certainement l' oublier.

La photographie en couleur de Leo Tover est plutôt neutre. Musique ronflante de Hugo Friedhofer qui dessert par moment le film.

Film en couleur de 1956. Format : 2:35 (cinémascope). Durée : 90 mn.
Version originale anglaise sous-titrée française. Version française.
Bonne copie.
Pas de bonus.

vlcsnap-2011-02-06-13h57m07s154.pngvlcsnap-2011-02-06-14h00m16s55.png
vlcsnap-2011-02-06-14h02m41s221.png
vlcsnap-2011-02-06-14h05m06s90.png

13:38 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, guerre

29/01/2011

LE SIGNE DE LA CROIX (1933) de CECIL B. DEMILLE.

51jtNveXh3L._SL500_AA300_.jpgDans le domaine des films consacrés aux divers supplices et persécutions subis par les premiers chrétiens dans la Rome antique, « Le signe de la croix » (1933) est un must qui vaut le coup d' être visionné pour plusieurs raisons bonnes et mauvaises.

Cecil B. DeMille sait où placer sa caméra, le cadrage est léché et précis. Il sait choisir ses collaborateurs : le directeur de photographie Karl Struss nous donne un noir et blanc velouté non-contrasté où de délicats éclats lumineux apparaissent. Toute la technique hollywoodienne est au rendez-vous... parce que pour le reste... lorsque l' on sait que le scénario est une adaptation simplifiée, malheureusement pas la dernière, du roman « Quo Vadis »* du lourdingue Sienkewicz... Ceux qui ont connu les pensions scolaires catholiques l' ont certainement lu, il figurait toujours en bonne place dans la bibliothèque...

On peut effectivement s' amuser de l' interprétation et de l' appendice nasal de Charles Laughton en Néron, de trouver plaisante plastiquement pour une fois Claudette Colbert en Poppée, surtout pendant la séquence où elle prend son bain de lait d' ânesse, à noter qu' elle éclipse aisément Elissa Landi dont le rôle de la chrétienne virginale et sacrificielle est d' un ennui abyssal. « La mort n' est qu'un passage qui mène à notre Père. » : dit-elle, ne pas oublier le P majuscule. Quant à Fredric March vaut mieux se souvenir de ses interprétations chez Mamoulian dans « Dr. Jekyll et Mr. Hyde » (1931) ou Wellman dans « Une étoile est née » (1937).

Les séquences finales dans l' arène - avant il faut se taper les scènes où les chrétiens dans des poses extatiques attendent les flèches décochées par les soldats romains - tombent dans des fantasmes érotomaniaques à la limite du malsain. On y voit de très belles jeunes femmes, chrétiennes bien sûr, juste vêtues (?) d' une guirlande de fleurs, données en pâture aux caïmans ou aux pires sévices, on devinera facilement lesquels, à un gorille. Aux moments des passages à l' acte, on ne voit que les réactions du public qui sont facilement compréhensibles. Il y a des moments grand-guignolesques comme ces combats entre des femmes et des nains teints en noir... parfois Cecil B. DeMille est un cinéaste à peine plus « sérieux » que Ed Wood...

*Cela n' est pas indiqué au générique, mais c' est flagrant. Le générique nous apprend que c' est d' après la pièce de théâtre d' un certain Wilson Barrett.

BONUS :
1) Une galerie de photos.
2) Présentation du film par le peu folichon Luc Moullet d' une durée de 13 mm.
3) Une filmographie sélective donc incomplète et donc inutile de Cecil B. DeMille.

Film en noir et blanc de 1933. Format : 4/3. Durée : 120 mn.
Version anglaise sous-titrée française uniquement.
Très bonne copie.

filmfilm
film
film
film
film




13:48 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, péplum

20/01/2011

ALAN LADD : SMITH LE TACITURNE (Whispering Smith) de LESLIE FENTON

51tfgyy6kVL._SL500_AA300_.jpgAlan Ladd n' était pas très bien considéré comme acteur. Si son nom attirait les foules, les critiques n' étaient pas très tendre avec lui, voire certains réalisateurs comme Delmer Daves. Pourtant son côté gauche et un peu hésitant est en fin de compte une figure de style qui vaut la peine d' être étudiée et qui le rapproche, sauf pour la taille, de Gary Cooper ; autre héros américain dont le « jeu » est mal apprécié.

Dans ce western dont l' intrigue simple, ce qui ne veut pas dire simpliste - deux amis travaillant pour une compagnie de chemin de fer aiment la même femme, mais l' un d' eux deviendra un hors la loi -, permet de développer la complexité des caractères comme dans tout bon western. Brenda Marshall a un très beau sourire énigmatique et pleure très bien. Robert Preston (le copain qui tourne mal) a un débit de paroles rapide proche du débit "mitraillette" de James Cagney. On est content de voir William Demarest, le comédien fétiche de Preston Sturges, dans le rôle de faire valoir de Alan Ladd. Le vétéran Donald Crisp, habitué du genre western, compose une silhouette de manipulateur calculateur d' une hypocrisie délectable.

Le réalisateur Leslie Fenton est vraiment un artisan à redécouvrir qui soigne ses effets. Il y a de beaux gunfights et des poursuites à cheval mouvementées. L' une des stars de ce film est la photographie quasi-irréelle de Ray Rennahan dont les tons ocres, bruns, cuivrés surtout pendant les scènes de nuit sont à savourer.

Film en couleur de 1948. Format 4/3. Magnifique et excellente restauration.
Durée environ 1 heure 25 mn ; pas 1 heure 52 mn comme inscrit sur la jaquette.
Version anglaise sous-titrée française ; pas de version audio française contrairement à ce qui est écrit sur la jaquette.

BONUS :
1) Une présentation du film par Patrick Brion d' une durée d' environ 4 minutes.
2) Un bon documentaire sur la vie et la carrière de Alan Ladd d' une durée d' environ 56 minutes où interviennent Patricia Medina, Mona Freeman, Lizabeth Scott, Don Murray, Jeff Corey, Anthony Caruso, Edward Dmytryk, David Ladd... Dommage que l' autre fils de Alan Ladd, le producteur légendaire Alan Ladd jr (surtout avec The Ladd Company : Outland, The Right Stuff, Blade Runner...) n' y participe pas.
3) Un autre documentaire sur un texte écrit et dit par Jean-Claude Missiaen d' une durée de 18 minutes.

vlcsnap-2011-01-20-21h36m13s16.pngvlcsnap-2011-01-20-21h43m18s176.png
vlcsnap-2011-01-20-21h46m03s103.png
vlcsnap-2011-01-20-21h48m05s78.png
vlcsnap-2011-01-20-21h52m21s38.png
vlcsnap-2011-01-20-21h57m20s233.png

16:35 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, western