Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2011

LA FEMME AUX REVOLVERS (MONTANA BELLE) de ALLAN DWAN (1952).

51dpSw+0nXL._SL500_AA300_.jpgL' intérêt de ce film est plutôt d' ordre cinéphilique dans le domaine du western. Jane Russell y incarne Belle Star, une femme qui a réellement existée. On peut y voir une sorte de pré-Johnny Guitar (1953), Scott Brady tient quasiment le même rôle, plutôt qu' une vérité historique, on acoquine Belle Starr avec les frères Dalton, sur la célèbre hors-la-loi qui n' était pas si belle que cela. Au moins avec Jane Russell, on y gagne largement au change... et puis vive la fantaisie historique : saluons Alexandre Dumas !

Comme nous l' explique Serge Bromberg dans sa présentation, le film fut tourné en 1948 mais sorti sur les écrans en 1952 à cause de Howard Hughes. Jane Russell n' est pas tout-à-fait à son aise, on la sent en répétition de ses futures rôles chez Hawks, elle chante dans ce film deux chansons dont la première avec une vulgarité très sensuelle, et surtout chez Walsh où elle développera son personnage de femme franche et indépendante : vive Raoul ! Le pommadé George Brent nous prouve qu' il est toujours aussi mauvais acteur. Jack Lambert compose un indien hors-la-loi assez rigolo. Forest Tucker est remarquable en rival de Scott Brady...

Le film est à visionner aussi pour son abominable procédé couleur Trucolor, le Technicolor du pauvre. Le bleu est aciéré, le rouge inexistant et le vert... je le cherche encore. Il vaut mieux mettre le paramètre couleur de la télévision sur zéro.

Et Allan Dwan dans tout cela ? Il fait au mieux...

Le Dvd est en version originale anglaise sous-titrée française ou en version originale sans sous-titres. Pas de version audio française.
Durée : 82 mn. Format : 4/3.

cinéma,westerncinéma,western
cinéma,western
cinéma,western



15:10 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, western

21/08/2011

FABIOLA de ALLESSANDRO BLASETTI (1948). DVD.

418KP8mZQvL._SL500_AA300_.jpg 515W1LTZDqL._SL500_AA300_.jpg

Ce Fabiola (1948), se passant au IV siècle à Rome pendant la fondation du christianisme, défie l' analyse tant il est marqué par son époque et surtout par son couple vedette Henri Vidal/Michèle Morgan qui ravira la presse à sensation de l' après guerre.

Cette œuvre en noir et blanc, qui fut un grand succès dans les salles de cinéma et puis par la suite largement diffusée à la télévision au moment des Pâques, est surtout dans sa deuxième partie Le sang des martyrs* de la propagande chrétienne. Seule la première partie Le mirage de Rome est plus regardable et moins vomitive. Michèle Morgan est très érotique dans sa tunique transparente lors de sa première apparition, rompant avec son style glacé et/ou végétal. Henri Vidal est convainquant. Mais ceux qui enlèvent le morceau sont Michel Simon et Louis Salou, c' est évident !

Blasetti fait un boulot honnête dans la forme, pour le fond c' est abominable, mais la copie de ce DVD est tout juste visionnable : sous-exposition lumineuse, rayures et voiles divers. Les éditions Gaumont ne font pas beaucoup d' efforts pour sauvegarder ses pellicules, à signaler le chef d' œuvre d' Orson Welles Une histoire immortelle (1967) dont la copie est honteuse. En plus ils auraient pu mettre sur le même DVD les deux parties de ce film : Le Mirage de Rome dure 1 heure 27 mn et Le Sang des martyrs 1 heure 20 mn. Serait-ce une arnaque ?

*On nous présentait ce film remplit de corps déchiquetés par les lions, écartelés, brûlés... à la télévision sans carré blanc. Par contre pour la série La marquise des Anges on y avait droit au carré blanc...

14:42 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : péplum, cinéma

05/06/2011

LE PETIT CÉSAR (Little Caesar) de MERVYN LEROY 1930. DVD.

410QGBS1H1L._SL500_AA300_.jpgDans le domaine des films des années trente consacrés au gangstérisme, Little Caesar (1930) de Mervyn Leroy est souvent le moins bien considéré face au Scarface (1932) de Howard Hawks ou The Public Enemy (1931) de William Wellman voire Quick Millions (1931) du mythique Rowland Brown. Pourtant si ce film doit passé à la postérité, c' est surtout grâce à l' interprétation de Edward G. Robinson, qui veut devenir caïd à la place du caïd et à une peinture sans concession de la pègre.

La ligne de force de l' œuvre est le personnage de Rico, qui inspirera beaucoup Joe Pesci chez Martin Scorcese* car même violence exaltée et même goût pour les fringues voyantes et bagouses portées avec vulgarité et frime. Cette production parle de l' ascension et de la chute du malfrat que la presse a surnommé « Le petit César » et elle développe la citation au début du film : « ... car celui qui tire l' épée, périra par l' épée ». On a donc affaire à un récit foncièrement moral, qui fera souvent les beaux jours du cinéma américain de Baby Face Nelson (1957) de Don Siegel à The Rise and The Fall of Legs Diamond (1960) de Budd Boetticher jusqu' à Good Fellas (1990) de Martin Scorcese.

Pour revenir strictement au DVD, la copie que l' on nous propose n' est pas exempte de défauts : les rayures et les voiles sont nombreux, ce qui ne permet pas une grande appréciation de la photographie de Tony Gaudio. Mais cela reste visionnable, un jour peut-être nous aurons une meilleure version.

*On voit dans Good Fellas de Martin Scorcese une scène qui est calquée sur Little Caesar : un plan-séquence en caméra subjective où chaque membre du gang est présenté à Edward G. Robinson.

Film en noir et blanc de 1930. Format 4/3. Durée : 75 mn environ.
Version audio anglaise sous-titrée française. Pas de version audio française.

Bonus :
1) Une présentation du film par Leonard Matlin d' une durée de 4 mn environ.
2) Bande annonce de Five Star Final (1931) de Mervyn Leroy avec Edward G. Robinson d' une durée de 2 mn environ.
3) Une interview de "Kiki" Roberts, « petite amie » du gangster "Legs" Diamond d' une durée de 1 mn 45 sec.
4) The Hard Guy (1930) : court métrage avec Spencer Tracy d' une durée de 6 mn 30 sec environ.
5) Lady, Play Your Mandolin (1931) : dessin animé de Leon Schlesinger d' une durée de 7 mn environ.
6) Little Caesar : End of Rico, Beginning of the Antihero : documentaire sur le film d' une durée de 17 mn.
7) Le célèbre avant-propos moraliste qui prévenait le public et était projeté avant chaque diffusion des films Little Caesar et The Public Enemy d' une durée de 40 sec environ.
8) La bande-annonce de Little Caesar d' une durée de 2 mn environ.

film noir,cinemafilm noir,cinema
film noir,cinema
film noir,cinema

22:58 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film noir, cinema