Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2012

TOMAHAWK (1951) de GEORGE SHERMAN avec VAN HEFLIN, YVONNE DE CARLO, PRESTON FOSTER, SUSAN CABOT et ALEX NICOL. DVD.

film, westernSi on ne peut omettre que la qualité première de ce western est l' interprétation de Van Heflin, le comédien le plus intègre de son temps avec Robert Ryan, et de son parti pris ouvertement pro-indien, peut-être plus que La flèche brisée (1950) de Delmer Daves où le romantisme est présent, ou La porte du Diable (1950) de Anthony Mann qui est un peu handicapé par Robert Taylor, une autre valeur de Tomahawk est la compétence de George Sherman dont on peut réviser le jugement hâtif fait à son encontre, que ce soit par Christian Viviani disant que Sherman n' est qu' un prolifique artisan, le plus souvent anonyme, connaissant cependant son métier, ou la notice incendiaire et de mauvaise foi de Bertrand Tavernier et Jean-Pierre Coursodon dans Cinquante ans de cinéma américain. Dans le domaine de la mauvaise foi, Tavernier et Coursodon y vont aussi plein pot sur Don Siegel et Joseph Newman ; par contre sur William Wyler, ils ont raison.

Certaines personnes vont bien sûr nous ennuyer (le verbe est faible) avec les erreurs historiques et surtout chronologiques du film, ou plus spécialement la précipitation des évènements tel que l' explique Patrick Brion dans sa présentation du DVD. Un film n' est en aucune cas une vérité historique, ce qui est important c' est le message qu' il véhicule, en l' occurrence sa vision de l' expansion des blancs américains, qui ne s' occupe guère des conséquences de l' ouverture de cette route d' un fort à travers le territoire sioux, ce qui perturbera les terres de chasse, et donc la survie des Indiens. Van Heflin, dans la peau du mythique Jim Bridger, utilise toute sa science d' acteur pour nous faire comprendre l' imbécillité de cette option. Il faut signaler aussi la scène, où il raconte comment sa femme indienne et son enfant ont été massacrés, qui est des plus émouvante. On peut reprocher la vision un tantinet radical du personnage incarné par Alex Nicol, figure négative et lâche rappelant le pire des SS, et les silhouettes féminines de Yvonne De Carlo - dont on attend toujours une copie décente de Salomé (1945) de Charles Lamont - et Susan Cabot (la jolie petite indienne) qui ne sont pas assez développées ; il faut dire que le film ne dure que 82 minutes.

L' intervention de Bertrand Tavernier est pédagogique - il explique l' originalité des entrées de champ des personnages dans le cadre par exemple -, et elle est surtout courageuse. Il admet s' être lourdement trompé sur le compte de George Sherman, et que c' est grâce au critique américain du New York Times David Kehr, critique qui a l' estime de ses confrères américains, qu' il a révisé son opinion sur ce cinéaste dont on peut reconnaître qu' il est un Raoul Walsh en mineur - Sherman possède le même sens de l' espace et de l' action -, ce qui vaut largement mieux que d' être un exsangue William Wyler...

Bonus :

1) Présentation par Patrick Brion d' une durée de 10 mn environ.
2) Présentation par Bertrand Tavernier d' une durée de 27 mn.

Film en couleur de 1951. Format 4/3. Durée réelle de 79 mn environ.
Version audio française. Version audio anglaise sous-titrée française.
Très bonne copie.

film,western
film,western

19:32 Publié dans Blog, cinéma, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, western

27/03/2012

SUR LE TERRITOIRE DES COMANCHES (COMMANCHE TERRITORY) de GEORGE SHERMAN avec MAUREEN O'HARA, MacDONALD CAREY et WILL GEER. 1950. DVD.

western,cinémaCe soi-disant western de série B est bien revigorant, grâce à son rythme alerte qui est l' une des grandes qualités du réalisateur George Sherman, son technicolor aux couleurs chaudes et ses remarquables poursuites à cheval ainsi celle du début très humoristique où MacDonald Carey, qui incarne le célèbre Jim Bowie, s' arrête et reprend sa course et contourne un bosquet d' arbres pour s' esquiver.

Sur le territoire des Comanches est aussi un western pro-indien d' une bonne naïveté, comme nous le dit Patrick Brion dans la présentation du DVD, car on y montre la vie et les coutumes des Comanches et surtout le film prend leur défense quand des blancs veulent les spolier de leurs terres parce que l' on y a découvert une mine d' argent. Le film réserve d' autres surprises. On n' y utilise pas des armes à six coups et autre winchester mais on est encore au temps des pétoires à poudre, et le Bowie-knife prouve son efficacité. Surprenant est le personnage de virago de la rousse flamboyante Maureen O'Hara s' habillant, lançant des paris, dirigeant la banque et le casino de la ville, faisant le coup de poing comme un homme, ce qui contraste avec la lâcheté et la veulerie de son frère joué par Charles Drake, sans oublier qu' elle s' empare seule d' un chariot d' armes, mais elle est très vexée quant on lui reproche son manque de féminité. Le tonitruant Will Geer endosse un personnage plus que sympathique surtout lorsqu' il se présente ainsi : Dan Seeger. Ex-chasseur, ex-guerrier, ex-membre du congrès et, comme vous le pensez, le plus stupide menteur du monde.(En ces périodes électorales, on sait à quoi s' en tenir).

Bonus :
- La présentation du film par Patrick Brion d' une durée de 6 mn 30 environ.
- Une galerie de photos.

Film en couleur de 1950. Format 4/3. Durée de 73 mn.
Version audio française. Version audio anglaise sous-titrée française.
Très bonne copie.

western,cinémawestern,cinémawestern,cinémawestern,cinéma

20:21 Publié dans Blog, cinéma, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : western, cinéma

28/02/2012

THE SORCERERS (1967) de MICHAEL REEVES avec BORIS KARLOFF, IAN OGILVY et CATHERINE LACEY.

51OsIvNbh4L._SL500_AA300_.jpgSi l' on a commencé à s' intéresser à la carrière de Michael Reeves (1943-1969) en visionnant son dernier film Le grand inquisiteur (1968), on risque de ne pas comprendre l' engouement pour ce jeune réalisateur anglais mort prématurément. Il possède certes des qualités : Vincent Price ne fut jamais aussi concis et sobre dans cet ultime film contrastant avec ses interprétations en roue libre chez Corman dans le cycle consacré à Edgar Allan Poe ou plus tard chez Fuest avec les deux Docteur Phibes.

Par contre The Sorcerers (1967) tient toutes ses promesses. Originalité du scénario : un jeune bourgeois, qui s' ennuie et recherche de nouvelles sensations, accepte de suivre un vieux monsieur dans son appartement pour une expérience d' hypnose, mais ce vieil homme aidé de sa femme veut surtout contrôler son esprit à distance, afin de vivre à travers lui les émotions de la jeunesse. Direction d' acteur étonnante : Boris Karloff ne cabotine absolument pas (ben oui, ça lui est arrivé), Ian Ogilvy est excellent et Catherine Lacey dans le rôle de la femme de Karloff frôle le génie, elle révèle son caractère vicieux au fur et à mesure du déroulement de l' histoire avec une grande conviction. La photographie et le tournage en décor naturel sont raccord et les brusques montées de violence choquent et interpellent le spectateur, c' est effectivement dans ces grandes qualités que l' on comprend que le jeune Michael Reeves avait comme réalisateur préféré Don Siegel.

Il est important de découvrir ce film qui tient de la grande série B fantastico-horrifique, qui allie morceaux de bravoure avec bagarres pugnaces et teigneuses, course de moto et poursuite de voiture, sans oublier une réflexion sur la vieillesse et un ancrage dans la société du Swinging London des années 60, mais dont le propos est très amoral et la conclusion très logique. Un vrai OVNI du cinéma.

En ce qui concerne les jeunes actrices, la française Elisabeth Ercy (oui, elle est vraiment française) est très bien... enfin tout est vraiment très bien, surtout la mini-jupe... et on peut reconnaître la toute mignonne petite anglaise Susan George, ici à l' aube de sa carrière, elle explosera en 1971 dans Les chiens de paille de Sam Peckinpah, elle eut aussi le premier rôle féminin avant le Peckinpah en 1968 dans le très bon thriller Chantage à la drogue de David Greene que l' on aimerait bien revoir. Il est permis de s' attarder également sur la mini-jupe de la brune Sally Sheridan.

Film en couleur de 1967. Durée de 82 mn. Format 16/9.
Très bonne copie, quelques très légères sautes d' image.
Version originale sous-titrée française uniquement.
La bande-son a un petit bruit de fond.

Bonus :
- Un entretien avec Alain Schlockoff intitulé Les maisons de l' horreur d' une durée de 15 mn.
- Un entretien avec Alain Schlockoff sur Michael Reeves d' une durée de 10 mn.
- Bande-annonce de 2 mn 17.
- Galerie photos.
- Fiche technique.
- Filmographies.
- Section DVD-Rom avec du contenu collector.

Voici la bande-annonce :

16:34 Publié dans Blog, cinéma, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0)