Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2013

DILLINGER (1945) de MAX NOSSECK avec LAWRENCE TIERNEY, ANN JEFFREYS, EDMUND LOWE, MARC LAWRENCE et ELISHA COOK. DVD.

41sbU-UGpeL.jpgBiographie de gangster archétypale de la série B qui enfile les situations convenues comme une bande dessinée à deux sous. Plus les critiques font des recherches sur le scénariste Philip Yordan, plus cet homme se révèle être un combinard employeur de ghost-writer comme on en a jamais connu à Hollywood. D' après Tavernier et Coursodon ce Dillinger (1945) serait en fin de compte écrit par un journaliste. N' y attendre rien dans la forme non plus, étant donné que le film est réalisé par Max Nosseck. Cet Allemand tient plus du globe-trotter, quand on est de confession juive sous le règne du moustachu vaut mieux, que du metteur en scène. Je suis sûr que ses mémoires, s' ils existent, sont plus intéressantes que ses œuvres. Donc pas de Don Siegel, pas de Joseph H. Lewis, pas de Phil Karlson, pas de Edgard G. Ulmer à se mettre sous la dent... même pas un miracle à la Steve Sekely avec The Scar (1948)... que reste-t-il...

Ann Jeffreys, très belle actrice blonde classieuse au jeu moderne dans la lignée des Jacqueline White, Audrey Long ou Lola Albright, qui malheureusement va vite se réfugier à la télévision. On aura le temps encore de l' admirer mieux mise en lumière dans Riff Raff (1947) de Ted Tetzlaff avec Pat O'Bien l' ombre de James Cagney, dans deux aventures de Dick Tracy incarné par Morgan Conway et deux westerns de Ray Enright avec Randolph Scott. La petite tête de vieux d' Elisha Cook, Edmund Lowe en gangster à lunettes intello et mentor de Tierney-Dillinger, la tronche grêlée de Marc Lawrence et la face batracienne de Eduardo Ciannelli respectent leur contrat de seconds rôles récurrents. Lawrence Tierney commence ici sa carrière de tueur froid sans émotion qui fera son succès, effectivement il est impressionnant, tout le film tient sur ses épaules.

Film qui cartonnera au box-office et ça tient du hold-up : 65 000 (selon Wiki) ou 193 000 (selon IMDB) dollars de budget (vaut mieux pencher pour la première somme) pour 4 millions de recette. Les frères King, de leur vrai nom Kozinski, qui en étaient les producteurs devaient être contents aussi de l' utilisation des stock-shots d' autres métrages dont le plus connu est l' emprunt de la scène du braquage du fourgon avec les fumigènes de You Only Live Once (1937) de Fritz Lang, mais il y a d' autres séquences et transparences d' archives diverses (poursuites de voitures, scènes de prisons...) qui en font l' un des films les plus mal fichus qui soit. Tout le charme de la série B qui se transforme en série C. Pour finir, c' est un film fait par des escrocs, donc faut pas s' attendre à de grandes vérités historiques, sur un criminel célèbre entre autres pour avoir été flingué à la sortie d' un cinéma où il projetait Manhattan Melodrama (1934) de W.S. Van Dyke avec Clark "Grandes oreilles" Gable.

Film de 1945 en noir et blanc. Format 4/3. Durée de 70 mn.
Version audio anglaise sous-titrée française.
Assez bonne copie dans l' ensemble.
Zone 1 mais en fin de compte toute zone.

En bonus, il y a des commentaires audio de John Milius, qui fit un Dillinger (1973) avec Warren Oates, et de Philip Yordan non sous-titrés.




La qualité d' image du DVD est supérieure à celle de cette bande-annonce.

21/07/2013

A HIGH WIND OF JAMAICA (Un cyclone à la Jamaïque) de ALEXANDER MACKENDRICK avec ANTHONY QUINN, JAMES COBURN et DEBORAH BAXTER. 1965. DVD.

51XWHEAD38L.jpg Après avoir survécu à un cyclone à la Jamaïque, une mère de famille anglaise très préoccupée du comportement un peu sauvage de sa progéniture persuade son mari (Nigel Davenport) de les envoyer en Angleterre pour leur éducation. Pendant le voyage, le bateau est abordé par une bande de pirates commandée par Chavez (Anthony Quinn), un homme ni bon ni mauvais, et son fin et fidèle second Zac (James Coburn). Malencontreusement enfermés dans la cale du bateau des pirates, les enfants anglais auxquels se sont ajoutés une adolescente et son petit frère espagnols vont devoir vivre avec ces adultes. Dès lors deux mondes se regardent et s' observent. Si Chavez se découvre une vocation paternelle voire plus, ses hommes n' apprécient guère les jeux et les maladresses des gamins.

William Golding, auteur de Sa Majesté des Mouches (1954) que tout le monde connaît étant donné que l' Éducation nationale en commande des caisses depuis une cinquantaine d' années, adorait le roman de Richard Hughes dont est tiré le film. L' arbitraire du livre de Golding - la démonstration de la théorie de la non-innocence des enfants est facilitée par l' isolement d' un groupe de garçons sur une île après un accident d' avion - fait plutôt place à beaucoup plus de subtilité chez Mackendrick car le groupe d' enfants est mixte ; les attirances sexuelles ne sont pas éludées mais plutôt filmées habilement. D' autre part, l' action ne se passe pas uniquement sur le bateau. Je n' ai pas lu Hughes, mais je vais m' empresser de le faire. La référence à Les contrebandiers de Moonfleet (1955) de Fritz Lang tiré d' un livre de John Meade Falkner, par contre celui-là je l' ai lu, livre très adapté certains parlent de trahison, me semble faible. Je ne vais pas vous le dire, mais je le dis quand même, Anthony Quinn et James Coburn sont monstrueusement géniaux.

Pendant que j' y suis, il serait bien que l' on édite en France, ce film y compris bien sûr, les autres œuvres sur l' enfance de Alexander Mackendrick, notamment Mandy (1952) histoire d' une petite fille sourde et muette, ainsi que Sammy Going South (1963) sur les tribulations d' un garçon de dix ans en Afrique suite à la mort de ses parents à Port-Saïd.

Zone 1 et exclusivement Zone 1.
Film en couleur de 1965. Durée : 103 mn.
Version audio anglaise, espagnole ou française.
Pas de sous-titre en français, mais ils existent en anglais ou espagnol.
DVD deux faces :
-Une face au format recadré 4/3.
-Une face au format cinémascope respecté et diffusion en 16/9.
Bonne copie, un peu trop granuleuse pendant le générique du début.

cinéma,film,réalisateurscinéma,film,réalisateurscinéma,film,réalisateurscinéma,film,réalisateurs

02/06/2013

LA VIE SEXUELLE DES DÉESSES D' HOLLYWOOD de NIGEL CAWTHORNE. LIVRE. 1999.

413WZ112ESL._.jpgIl y a des livres dont j' ai un peu honte qu' ils figurent dans ma bibliothèque. Enfin un peu honte, du moins j' en suis pas trop fier. Mais est-ce qu' il faut toujours limiter Hollywood à une machine à films, ou à saucisses* comme le notait ce triste critique Georges Sadoul qui voyait tout à travers le dogme communiste, ou à des débauches sexuelles, ici féminines, de ses Stars ? C' est oublier que dans les studios hollywoodiens n' ont pas été produits que des divertissements mais aussi des œuvres très critiques et sérieuses envers les États-Unis : Heroes For Sale (1933) de William Wellman, Les raisins de la colère (1939) de John Ford par exemple ; toutes deux réalisées et voulues par des Républicains (un peu) modérés certes, mais des Républicains.

Dans ce livre par contre, seule l' obsession sexuelle semble être le moteur à Hollywood, même pas l' obsession des récompenses, les scolaires Oscars, non le sexe et c' est tout ! Le livre est assez bien fichu d' ailleurs, suit un ordre chronologique, commençant par les sirènes du muet, Alla Nazimova et Louise Brooks beaucoup plus extravagantes que n' importe quelles pignouffettes actuelles (Brittney Spears ou Rihanna). Clara Bow qui vécut une enfance misérable et qui joua bien avant Marilyn Monroe de son allure enfantine. Jean Harlow dont les tenues ne faisait aucun doute sur le fait que c' était une vraie blonde. La promotion canapé est une habitude pour Joan Crawford qui aurait fait des films pornographiques. Garbo et Dietrich, bisexuelles et rivales à l' écran comme dans le partage de leur amant(e)s. Tallulah Bankhead, bisexuelle aussi et dont Elia Kazan dans son autobiographie affirme avoir été victime d' harcèlement... sexuel bien sûr. Ava Gardner et les toréadors, il n' y a pas que les toréadors. Lana Turner et son pull-over qui excita tous les acteurs et réalisateurs dont Mickey Rooney qui sautait sur tout ce qui bouge malgré sa mère. Pour Ava et Lana ne pas oublier les maffieux. Rita Hayworth prostituée par son mari Jubson aux magnats hollywoodiens et victime de la relation incestueuse avec son père professeur de danse. Grace Kelly n' avait rien d' un congélateur, à tel point qu' on se demande pourquoi elle est venue s' enterrer dans un rocher. Et cela se termine par l' inévitable Norma Jean Baker, tellement de choses ont été dites sur sa vie, que j' en resterai pour ma part à une réflexion d' un journaliste dans les années 60, je ne sais plus lequel, qui disait : une starlette devenue Star par hasard. Alors, est-ce que tout cela est vu à travers le trou de la serrure? ou avec l' aide d' un spéculum de gynécologue ? de toute façon, elles sont toutes mortes et certaines oubliées.

Je parle de ce livre parce que je ne sais pas si je vais acheter le Hollywood Babylone de Kenneth Anger, qui a l' air plutôt d' un ramassis foutraque d' articles de journaux à scandales ; les références de Cawthorne sont plutôt des biographies. Anger est de plus un cinéaste underground très approximatif comme tout ce qui est underground (à de rares exceptions). Alors si son livre ressemble à ses films...

En conclusion, il y a des livres, films ou disques conçus dans des pharmacies : La collection Harlequin, La petite maison dans la prairie, les CD de Céline Dion ou de Toto ; et d' autres faits dans les lieux d' aisance : les films de John Waters, les horreurs du Velvet Underground ou des punkeux. Peut-être que ce bouquin de Cawthorne fait parti de la seconde catégorie... à vous de voir, mais c' est bien écrit et on ne s' ennuie pas.

*Dans son autobiographie « Un troisième visage » (page 324) Samuel Fuller pense malheureusement la même chose, ce qui est impardonnable car il n' a pas l' excuse d' être communiste.

19:22 Publié dans Blog, cinéma, Film, Livre, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, cinéma, actrice