Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2010

JEAN GABIN : LEUR DERNIÈRE NUIT.

51j7dBOcmSL._SL500_SS130_.jpgCe film beau et sensible n' est pas très populaire auprès du public de Jean Gabin. Pourtant, c' est un drame policier - scénarisé (avec l' aide de Jacques Cehlay) et réalisé par Georges Lacombe en 1953 d' après le roman de Jacques Constant - d' une grande finesse dans la description de ses personnages.

Gabin, bibliothécaire mais en fait braqueur, cache en plus un lourd passé. Madeleine Robinson, venue se réfugier dans cette pension de famille pour des problèmes conjugaux, a des secrets bien plus difficilement avouables. Ces traits de caractère sont amenés de manière subtile par une mise en scène toute en émotion retenue qui ne cherche pas l' efficacité à tout prix, même si elle est un peu trop sobre. L' interprétation du couple Gabin-Robinson est un modèle de probité. Robert Dalban apporte un humanisme à son rôle d' inspecteur de police, lui qui incarnait surtout les fripouilles.

Georges Lacombe s' est bien rattrapé avec ce troisième et dernier film avec Gabin , après l' échec artistique et commercial de "Martin Roumagnac" (1946) avec Marlène Dietrich, qui fut très préjudiciable à la carrière de Gabin jusqu' au succès de "Touchez pas au grisbi" (1953) de Jacques Becker. Le deuxième film qu' ils firent ensemble "La nuit est mon royaume" (1951) est honnête et mérite une redécouverte.

Film en noir et blanc d' une durée de 91 mn. Pas de bonus. Copie non-remasterisée, mais de très bonne qualité.

Leur derniere nuit 1.pngLeur derniere nuit 2.pngLeur derniere nuit 3.pngLeur derniere nuit 4.png

22:11 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : drame, cinéma

13/04/2010

JEAN FERRAT : BEST OF 3 CD

5120+P+i0RL._SL500_AA300_.jpgCertains vont critiquer les relations que Jean Ferrat entretenait avec les communistes. Il y a assez d' articles dans les médias divers et de citations de l' artiste pour comprendre qu' il était juste un sympathisant communiste, mais aussi un contradicteur de l' appareil. Pour cela, il suffit d' écouter une chanson : "Le bilan".

D' autres vont s' en prendre à la prose un peu lénifiante de Louis Aragon. C' est vrai que l' on peut largement préférer les poètes du 19 ème siècle, mais le style d' Aragon convient très bien au genre "Chanson poétique sur l' amour".

Pourquoi ne pas s' attarder sur la chanson "Le cœur est cerise" ? Dont voici le texte, de Jean Ferrat, bien coquin :

Rebelle et soumise, paupières baissées
Quitte ta chemise, belle fiancée
L'amour est cerise et le temps pressé
C'est partie remise pour aller danser

Autant qu'il nous semble raisonnable et fou
Nous irons ensemble au-delà de tout
Prête-moi ta bouche pour t'aimer un peu
Ouvre-moi ta couche, pour l'amour de Dieu

LAISSE-MOI SANS CRAINTE VENIR À GENOUX
GOÛTER TON ABSINTHE, BOIRE TON VIN DOUX
Ô rires et plaintes, ô mots insensés
La folle complainte s'est vite élancée

Défions le monde et ses interdits
TON PLAISIR INONDE MA BOUCHE RAVIE
Vertu ou licence, par Dieu je m'en fous
JE PERDS MA SEMENCE DANS TON SEXE ROUX

Ô Pierrot de lune, ô monts et merveilles
Voilà que ma plume tombe de sommeil
Et comme une louve aux enfants frileux
La nuit nous recouvre de son manteau bleu

Rebelle et soumise, paupières lassées
Remets ta chemise, belle fiancée
L'amour est cerise et le temps passé
C'est partie remise pour aller danser.

11:13 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean ferrat

12/04/2010

LONE JUSTICE

41VNXM37D2L._SL500_SS130_.jpg

Avant que l' album (1985) de son groupe ne soit sorti dans notre cher pays, les machines à écrire commençaient déjà à taper le mythe de Maria McKee dans Rock & Folk, ils y voyaient une nouvelle Janis Joplin. Dans ces cas-là, c' est souvent en-deçà des espoirs annoncés (Pat Benatar !?). Pour une fois, les espérances furent assouvies.

Car, cet album recèle des trésors pop-rock frais et entraînants : Ways To Be Wicked signé par Tom Petty et Mike Campbell avec ses guitares délicates, ou, Sweet Baby, Sweet Baby (i'm falling) avec la participation de Little Steven et Benmont Tench qui aurait dû faire un carton sur les ondes. Il y a aussi des ballades belles à pleurer aux accents country : Don' t Toss Us Away et You Are The Light. L' entêtant mid-tempo Pass it On dont on voudrait que le refrain ne finisse jamais ; lorsque vous écouterez cette chanson, vous appuierez machinalement sur la touche repeat.

Le disque n' eut pas le succès escompté, quel dommage... Il n' y a pas de justice...