Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2010

GRAND SLAM de GIULIANO MONTALDO

51X5QN5QMXL._SL500_SS130_.jpgUn vieux professeur (Edward G. Robinson) qui enseigna pendant trente ans dans une école catholique à Rio, voyait de la fenêtre de sa classe, le transport annuel dans une banque d' une mallette remplie de diamants d' une valeur de dix millions de dollars. Il met en place un plan. Pour le mettre en pratique, il demande l' aide d' un de ses vieux amis (Adolfo Celi), un chef mafieux, afin de recruter une équipe de spécialistes et d' écouler les pierres précieuses. 

Janet Leigh, qui figure en tête d' affiche, a un rôle subtil, loin des stéréotypes de la "femme fatale" du film noir. Elle vient d' avoir quarante ans et elle est magnifique. Klaus Kinski, qui tourne tout et n' importe quoi à cette époque, incarne le chef de ce gang cosmopolite et il est soumis à de violentes poussées d' adrénaline. Robert Hoffman, acteur autrichien qui interprétera un lieutenant dans "Le vieux fusil" (1975) de Robert Enrico, incarne un playboy français (?). George Rigaud, comédien à la carrière étonnante sous différents pseudos, est un perceur de coffre-fort classe et efficace. Riccardo Cucciolla est émouvant en technicien "tête en l' air", amoureux d' une jolie nageuse. 

Si la première heure de ce film est un peu longuette, il faut bien le reconnaître, la seconde partie possède un grand nombre de rebondissements, autant comiques que dramatiques, et de petites inventions, par exemple la manière dont Kinski est enfermé dans les égouts, qui devraient largement contenter les amateurs de ce genre de divertissement. Tout ceci est parfaitement intégré au défilé du carnaval de Rio. Dans cette deuxième heure la réalisation de Giuliano Montaldo est au cordeau. La musique de Ennio Morricone est originale et intéressante comme d' habitude. Bonne photographie de Antonio Macasoli qui n' abuse pas du coloriage et incorpore très bien les transparences. 

DVD toutes zones. Film en couleur de 1967. Durée : environ 2 heures. 
Langue audio : anglaise et française. Pas de piste sous-titrée.



Grand Slam (1).pngGrand Slam (2).pngGrand Slam (3).pngGrand Slam (4).png

09:56 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, film noir

06/06/2010

MIREILLE BALIN par DANIEL ARSAND

1946827666.jpgLançons, encore une fois, un appel pour une réédition de cette biographie de la comédienne Mireille Balin par Daniel Arsand qui fait autorité. Daniel Arsand continue de publier des romans, que je n' ai pas eu le plaisir de lire. Cette actrice, seule "Vamp" française qui pouvait rivaliser avec Garbo et Dietrich - Ginette Leclerc et Viviane Romance étaient trop charnelles -, eut sa vie bouleversée par la seconde guerre mondiale. Sa vie est un roman que beaucoup d' auteurs auraient du mal à imaginer. Femme dont le mythe ne peut-être créé que par le cinéma."Pépé le Moko" (1936), "Gueule d' amour" (1937), "Menaces" (1939), "Macao" (1940), "L' assassin a peur la nuit" (1942) et "Dernier atout" (1942) sont ses films les plus marquants.

16:43 Publié dans Blog, Livre, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biographie, cinéma

27/05/2010

AUDIE MURPHY dans LE DIABLE DANS LA PEAU (Hell Bent For Leather) de George Sherman.

51xr8PCfLnL._SL500_AA300_.jpgWestern de série B avec l'un des acteurs les plus représentatifs du genre : Audie Murphy l' un des soldats les plus décorés de la seconde guerre mondiale (Neville Brand reçu beaucoup de décorations aussi). Lors de sa mort dans un accident d' avion en 1971, ses films passèrent en boucle à la télévision. Murphy bénéficiait d' une belle popularité. C' est un acteur un peu oublié aujourd'hui, dont on moquait beaucoup le jeu limité, pourtant il s' améliorait de film en film. Ici, on le sent vraiment concerné par son personnage d' innocent pris pour un tueur sanguinaire.

Dans la bonne trentaine de westerns de série B qu' il tourna, celui-ci fait parti des dix meilleurs. Il est réalisé par un "bouffeur" de pellicule, George Sherman qui utilise très bien les paysages rocheux, le décor d' une ferme sous la pluie de nuit... La naturelle et belle Félicia Farr est indispensable à cette histoire quasi-policière et on peut regretter qu' elle n' ait pas plus tourné.  Stephen McNally - le frère parricide de James Stewart dans "Winchester 73" (1950) d' Anthony Mann - incarne un marshal opportuniste, qui n' hésite pas à utiliser le passage à tabac. L' apparition de Robert Middleton est mémorable. Le scénario possède assez de rebondissements, Christopher Knopf - futur scénariste de "L' empereur du nord" (1973) de Robert Aldrich - limite les coups de feu et surtout le nombre de morts. Dommage que la conclusion du film soit trop rapide. Musique un peu bruyante de William Lava et Irving Gertz.

DVD zone 2. Film en couleur de 1960. Durée : 1 h 19 mn. Format : 2,35:1.
Langues audio anglaise et française. Sous-titres français.
Très bonne restauration.

Bonus (environ 12 mn) : présentation du film, du réalisateur et de l' acteur par Patrick Brion.

Le diable dans la peau (1).pngLe diable dans la peau (2).pngLe diable dans la peau (3).pngLe diable dans la peau (4).pngLe diable dans la peau (5).png

16:36 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : western, cinéma