Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2010

FREDDIE SCOTT : Mr HEARTACHE / THE BEST OF COLUMBIA RECORDINGS.

51HPcqcGXIL._SL500_AA300_.jpgClasser Freddie Scott dans la catégorie rythm'n'blues ou soul, on irait un peu vite en besogne. On devrait plutôt parler d' "easy listening", de variét' quoi, mais une variét' avec une voix gorgée de feeling et de variations qui nous donne des palpitations et des effets auditifs des plus agréables. En fin de compte, on est face à une "Big Voice" capable de tout faire. Le style crooner, qui se développe sur la majorité des dix premiers titres du CD qui composaient son album "Lonely Man" paru en 1965 où les chœurs féminins façon comédie musicale MGM peuvent agacer, est quand même son axe majeur. On pense souvent à Tom Jones, même si Freddie Scott enregistre sporadiquement depuis le milieu des années 50 contrairement à l' ex-mineur gallois qui commence sa carrière au milieu des années 60. Espagnolade avec la chanson "Lonely Man" à la manière de Ben E.King dont il reprend aussi le "Spanish Harlem", standard à la Sinatra ou Presley avec "Let it Be Me" de Gilbert Bécaud, voix de baryton certifiée Brook Benton sur "Everything I Have Is Yours". Pour "Don't Let it End", on est là dans la soul tendance gospel que ne renierait pas O.V. Wright. Il nous refait aussi "Bring it on Home to Me" de Sam Cooke avec une aisance déconcertante. Quant à "Laura" et "There Goes My Heart" qui concluent ce CD, on a droit à du Johnny Mathis testostéroné...

11:55 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, soul

24/10/2010

RORY GALLAGHER : GHOST BLUES / BEAT CLUB SESSIONS 71-72

5198rUk4qzL._SL500_AA300_.jpgOn n' a pas le choix, il faut faire avec, mais là, on a quand même l' impression que les ayants droit de Rory Gallagher tirent un peu sur le portefeuille des fans. On est content pour avoir enfin ces fameuses sessions du 15 mai et 26 décembre 71 et du 11 juin 72 de l' émission Beat Club de la télévision allemande, mais... ils auraient pu nous mettre aussi, si ils étaient aussi généreux que le barde irlandais, les quatres titres que Rory enregistra avec son premier groupe le légendaire Taste le 28 février 1970... ou alors nous préparent-ils, ces ayants droit, un spécial DVD "Taste featuring Rory Gallagher"... Bon, après ce ressentiment, il faut avouer que les images en 4/3 sont vraiment bonnes et que le son est bien remasterisé - DTS Digital Sunround Sound ; Dolby Sunround 5.1 ; Dolby Digital Stereo - pour une durée d' 1 heure 37 environ, et ce sont les seules images qu' il y a de la première formation de Rory Gallagher avec le fidèle bassiste Gerry McAvoy et le batteur Wilgar Campbell. Même si ce DVD s' adresse aux initiés de Rory, pour commencer il vaut mieux acheter "Live At Montreux".

En ce qui concerne l' autre DVD le documentaire en anglais avec sous-titres français "Ghost Blues" d' une durée d' 1 heure 22, si on est heureux de voir des images de Taste, de Gerry McAvoy, Ted McKenna, son frère Donal etc... et si on a affaire à une plutôt bonne biographie où on ne cache pas l' addiction aux médicaments de Rory par exemple... que le guitariste de U2 (un The Edge très ennuyeux) soit si présent est assez gênant, pareil pour Bob Geldof... du vivant de Rory, on ne les a jamais entendus clamer leur admiration... ou alors ils le disaient tellement du bout des lèvres qu' on ne les a pas entendus... par contre ce que dit Bill Wyman ou Cameron Crowe est très intéressant.

Il y a un beau petit livret de six pages composé d' articles de journaux d' époque, mais pas de renseignements exacts sur les dates des sessions donc les voilà :

Beat Club du 15 mai 1971 :
1/ Laundromat
2/ Hands Up
3/ Sinnerboy
4/ Just The Smile

Beat Club du 26 décembre 1971 :
5/ Used To Be
6/ In Your Town
7/ Should've Learned My Lesson
8/ Crest of A Wave

Beat Club du 11 juin 1972 :
9/ Toredown
10/ Pistol Slapper Blues
11/ I Don't Know Where Im Going
12/ Going to My Hometown
13/ I Could've Had Religion
14/ McAvoy Boogie
15/ Hoodoo Man
16/ Messin' With The Kid

21:52 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, blues-rock

20/10/2010

JOE TEX : 25 ALL-TIME GREATEST HITS.

41SF0PMWVSL._SL500_AA300_ (1).jpgOn l' oublie tout le temps Joe Tex (1933-1982) et pourtant il vaut bien Otis Redding ou le mythique James Carr. La spécialité de Joe Tex, c' est surtout les ballades et là, « en v'la du slow en v'la et c' est du bon croyez-moi ». De l' acoustique "Hold What You've Got" aux mélodiques "You Better Get It" et "Keep The One You Got", à "One Monkey Don't Stop No Show" où il côtoie le génie d' Otis dans ses fabuleuses accélérations de rythme, au chef d' œuvre "I' ll Never Do You Wrong", il y en a plein « des slows qui tuent » sur ce Greatest Hits. Le tempo moyen n' a pas de secret pour lui non plus avec des chansons tel que "Don't Let Your Left Hand Know", "I Want to (Do Everything For You)" qui sera reprise par le groupe sympa et modeste de hard rock Nazareth ou les câlins "A Sweet Woman Like You" et "Woman Like That" ainsi que "You Need Me, Baby". Les échappés funk de "I Gotcha" et "You Said a Bad Word" prouvent qu' il pouvait s' adapter à l' air du temps. Bob Seger sera éternellement reconnaissant aux intonations de la voix de Joe Tex sur "Papa Was Too" et Jack Bruce en pillera la petite ligne au piano pour en faire le riff de "Politician", car Joe Tex écrit seul la plupart de ses titres. Ce disque se conclut par une faute de goût, une horreur disco se nommant "Ain't Gonna Bump No More" (1977) qui le fera revenir dans les charts après une courte éclipse, mais ce n' est pas lui l' auteur-compositeur de la chanson, donc l' honneur est sauf...

16:31 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, soul