Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2011

SEETHER : HOLDING ONTO STRINGS BETTER LEFT TO FRAY (2011). CD.

Hotbltf_-_seether.jpgL'attente fut longue...

Avec l' étiquette post-grunge collée aux fesses et l' attitude nirvanacobainnesque du leader Shaun Morgan, qui a plongé dans les substances interdites mais il a eu l' intelligence de suivre une cure, c' est sûr que pour faire comprendre aux spécialistes rock que le sud-africain est un satané auteur de chansons et qu' il possède une voix qui passe de la fureur explosive à la douceur avec une aisance à mettre plus d' un hurleur du Metal à aller murmurer sous la douche et d' y rester, la tâche de convaincre ces spécialistes rock donc ne va pas être facile. Mais après tout, on s' en moque...




métal,musique

Après un peu trop d' attente, dû à des problèmes financiers de leur maison de disque Wind-up records, cet album sort enfin. On ne reçoit pas une aussi grande claque à la première écoute comme deux de leurs précédents Cd Disclaimer II (2004) et surtout Finding Beauty and Negative Spaces (2007), mais il y a assez de bons titres - Fur Cue, Here and Now, Country Song, les ballades Master and Disaster et Pass Slowly, Desire for Need, Forsaken, Yeah... - pour faire passer une petite déception passagère. D' ailleurs l' album est plus décontracté, c' est certainement dû au producteur Brendan O'Brien, que ne l' était Finding Beauty In Negative Spaces qui fut un album réglement de comptes avec les addictions de Shaun Morgan et sa séparation avec la jolie chanteuse d' Evanescence Amy Lee.




En ce qui concerne cette version deluxe, on y trouve dans le DVD une interview non sous-titrée des membres de Seether d' environ 12 minutes, ainsi que trois clips : un vrai clip Country Song... et deux chansons Fur Cue et Pass Slowly qui ne sont que des play-back dans le cadre du studio d' enregistrement... il y a aussi des explications chanson par chanson toujours non sous-titrées... ben oui, on se demande comme d' habitude si c' est bien utile ces DVD Bonus. Mais il vaut mieux préférer cette version car il y a quatre chansons supplémentaires sur le Cd audio.



23:25 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : métal, musique

05/06/2011

LE PETIT CÉSAR (Little Caesar) de MERVYN LEROY 1930. DVD.

410QGBS1H1L._SL500_AA300_.jpgDans le domaine des films des années trente consacrés au gangstérisme, Little Caesar (1930) de Mervyn Leroy est souvent le moins bien considéré face au Scarface (1932) de Howard Hawks ou The Public Enemy (1931) de William Wellman voire Quick Millions (1931) du mythique Rowland Brown. Pourtant si ce film doit passé à la postérité, c' est surtout grâce à l' interprétation de Edward G. Robinson, qui veut devenir caïd à la place du caïd et à une peinture sans concession de la pègre.

La ligne de force de l' œuvre est le personnage de Rico, qui inspirera beaucoup Joe Pesci chez Martin Scorcese* car même violence exaltée et même goût pour les fringues voyantes et bagouses portées avec vulgarité et frime. Cette production parle de l' ascension et de la chute du malfrat que la presse a surnommé « Le petit César » et elle développe la citation au début du film : « ... car celui qui tire l' épée, périra par l' épée ». On a donc affaire à un récit foncièrement moral, qui fera souvent les beaux jours du cinéma américain de Baby Face Nelson (1957) de Don Siegel à The Rise and The Fall of Legs Diamond (1960) de Budd Boetticher jusqu' à Good Fellas (1990) de Martin Scorcese.

Pour revenir strictement au DVD, la copie que l' on nous propose n' est pas exempte de défauts : les rayures et les voiles sont nombreux, ce qui ne permet pas une grande appréciation de la photographie de Tony Gaudio. Mais cela reste visionnable, un jour peut-être nous aurons une meilleure version.

*On voit dans Good Fellas de Martin Scorcese une scène qui est calquée sur Little Caesar : un plan-séquence en caméra subjective où chaque membre du gang est présenté à Edward G. Robinson.

Film en noir et blanc de 1930. Format 4/3. Durée : 75 mn environ.
Version audio anglaise sous-titrée française. Pas de version audio française.

Bonus :
1) Une présentation du film par Leonard Matlin d' une durée de 4 mn environ.
2) Bande annonce de Five Star Final (1931) de Mervyn Leroy avec Edward G. Robinson d' une durée de 2 mn environ.
3) Une interview de "Kiki" Roberts, « petite amie » du gangster "Legs" Diamond d' une durée de 1 mn 45 sec.
4) The Hard Guy (1930) : court métrage avec Spencer Tracy d' une durée de 6 mn 30 sec environ.
5) Lady, Play Your Mandolin (1931) : dessin animé de Leon Schlesinger d' une durée de 7 mn environ.
6) Little Caesar : End of Rico, Beginning of the Antihero : documentaire sur le film d' une durée de 17 mn.
7) Le célèbre avant-propos moraliste qui prévenait le public et était projeté avant chaque diffusion des films Little Caesar et The Public Enemy d' une durée de 40 sec environ.
8) La bande-annonce de Little Caesar d' une durée de 2 mn environ.

film noir,cinemafilm noir,cinema
film noir,cinema
film noir,cinema

22:58 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film noir, cinema

30/05/2011

MOTÖRHEAD : ACE OF SPADES.

métal,musiqueLe troisième album important de Motörhead, après un Bomber (1979) plutôt moyen. Ace of Spades sort en cette fin d' année 1980, comme pour nous annoncer une nouvelle décennie rock'n'roll. Ce ne fut malheureusement pas le cas avec des horreurs comme le Hair metal ou la Cold wave. Des eighties qui mettrait fin à celles des seventies engluées dans le prog rock, qui va renaître avec Marillion, ou le babacoolisme moraleux à la Neil « deux notes à la minute » Young ; ce mec qui utilise le mot rock'n'roll dans sa chanson Hey Hey, My My est aussi crédible que si Maxime Leforestier le faisait. Allez, dégage l' ectoplasme !
Lemmy avec sa basse Rickenbaker jouée en accord et sa voix brûlée par toutes sortes de substances lui le fait le rock'n'roll, il n' en parle pas, il le joue, il le vit. Phil Taylor a « tué » définitivement le rythme lourd à la John Bonham ; son groove est clair, sec et enlevé. Eddie Clarke nous a mis des riffs et solos partout, à gauche, à droite et sans oublier le milieu ; le producteur Vic Maile lui a enfin rendu justice car il était un peu en retrait sur les deux précédents disques Overkill et Bomber.

métal,musiqueEt en plus, il y a de l' humour avec le fendard Love Me Like a Reptile. Il y a aussi des professions de foi comme Live To Win, qui est la suite directe au Iron Hose/Born To Lose du premier album officiel. Des cavalcades effrénées Shoot You In The Back et Fire, Fire. Une speederie comme The Hammer enterre toutes les punkeries du monde... et l' hymne des hymnes : l' éternel Ace Of Spades.

À noter la présence en bonus sur cette édition remasterisée de la face B Dirty Love du single Ace of Spades, et deux chansons Please Don't Touch et Emergency qui figuraient sur le EP St. Valentine's Day Massacre, sorti dans la foulée, réalisé avec les quatre filles de Girlschool et produit aussi par Vic Maile. La reprise de Please Don't Touch (1959) de Johnny Kidd atteindra la cinquième place des charts UK... c' était le bon temps...







21:08 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : métal, musique