Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2017

Le premier album Alannah Myles. CD paru en 1989.

71x+RfY7TLL._SL1425_.jpgRegard franc et direct, celui d' une nana qui n' a pas froid aux yeux, pas le genre à donner dans la pose lascive racoleuse. Une allure physique plus qu' excitante entre Linda Fiorentino et Mary Elizabeth Mastrantonio, pas le genre à donner dans la logorrhée. Et la voix ? Une Bonnie Raitt moins laid-back, plus hard, même si elle abuse un peu du rauque'n'roll de son chant. Laurent Chalumeau, le Philippe Garnier du pauvre, parlait à juste titre d' ultime fantasme rock. Alors pourquoi en est-t-elle réduit au stade du one-hit wonder, en l' occurence Black Velvet ! eh bien, peut-être parce que notre chanteuse canadienne ne compose pas, contrairement à Chrissie Hynde qui porte aussi bien le cuir, ou bien il fallait de meilleurs auteurs-compositeurs que ceux, honnêtes, qui sont présents sur ce disque ; je ne comprends pas que ça ne s' est pas présenté en nombre au portillon ? Alannah Myles coécrit juste une pauvre petite chose Lover of Mine, qui serait tout juste bonne à servir les cordes vocales sans vie de Céline Dion ; on aurait voulu plus de Hurry Make Love un blues roots, du Bonnie Raitt nerveux. Sauvons aussi Still Got This Thing et Kick Start My Heart aux guitares rock plutôt rageuses ; quant au reste, ça dépend des jours.








15:41 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0)