Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2016

De l' accord de Munich au Pacte germano-soviétique du 23 août 1939 de Roger Maria publié aux Éditions L'Harmattan en 1995

livreÀ propos de l' auteur du livre, Roger Maria était inscrit au Parti communiste depuis 1948, à sa mort en 2007, le journal l'Humanité affirme qu' il fut SFIO, Roger Maria dans son introduction raconte qu' il fit partie du mouvement Nouvel Âge de George Valois dès sa dix-neuvième année donc en 1936. Nouvel Âge était d' obédience socialiste mais antiétatique. Comment passer d' une démarche libertaire à une propagande du centralisme étatique ? Roger Maria a été résistant, arrêté en même temps que Georges Valois par Klaus Barbie et tous deux déportés à Neuengamme ; Georges Valois est transféré à Bergen-Belsen et y décède le 18 février 1945.

Pour Roger Maria, le déclenchement de la seconde guerre mondiale est la faute de ces maudits Anglais (je les compisse depuis le punk et sa fille tarée la OÏ) et bien sûr de Chamberlain (Yes Sir !), les citations de Winston Churchill (Yes Sir !) aident à la démonstration. Pas que Chamberlain (Yes Sir !) était spécifiquement pacifiste, mais que ces maudits Anglais voulaient s' allier avec tonton Adolf pour mettre sur la gueule au petit père des peuples. Mais, le vérolé était pacifiste et voulait s' allier avec la France et l' Angleterre pour faire peur aux petits nazis. Ce qui amène à une réflexion toute personnelle : C' est sûr que le vérolé ne pouvait pas être au four et au moulin, éduquer tous ses petits contradicteurs dans les goulags avec le slogan Le travail, c' est la santé et en même temps foutre sur la gueule à tonton Adolf ; il voulait la paix. Il faut voir l' énumération des petits traités, sous-traités et pactes entre tous ces pays et ceux d' Europe centrale, Madonna n' y retrouverait pas sa première photo à poil et Katherine Kelly Lang d' Amour, gloire et beauté ne ferait plus de distinction entre ses maris, ses enfants et ses amants ; quel bordel ! Jusqu' au 14 août, le ch'ti pépère des peuples voulait qu' on laisse entrer l' Armée rouge par le couloir de Wilno et la Galicie jusqu' à la frontière germano-polonaise pour protéger les Polonais du moustachu ; encore une réflexion toute personnelle : Comme il avait si bien protégé de la famine les Ukrainiens entre 1931-1933 ? faut avoir confiance tout de même. Donc, étant donné que la France, l' Angleterre et la Pologne ne comprenaient pas que l' URSS les protégerait, le vérolé s' est dit pourquoi pas partager la Pologne avec tonton Adolf, ça éloignera le danger à l' Ouest ! D' autres petites choses dérangent, Roger Maria dit qu' il y avait des avancées sociales en URSS !? je ne savais que le NKVD, c' était les CCAS de l' époque, et, comme le remarquait une de mes copines : Le peuple de l'union soviétique est sorti du cauchemar du règne totalitaire pour connaître les rigueurs, les dangers et les injustices multiples de la dictature du parti unique (dixit Hannah Arendt). Roger Maria reconnaît que les purges dans l' Armée rouge à partir de 1936, c' est Staline, que le massacre de Katyń , c' est Staline, faut dire qu' il n' a pas le choix.

Le problème, c' est qu' on ne sait pas si Roger Maria était stalinien-critique, ou, anti-stalinien comme l' était Raymonde Tillon-Nédelec, aussi communiste et ancienne résistante, qui vient de nous quitter.


17:39 Publié dans Blog, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre

Les commentaires sont fermés.