Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2016

MAGNUM FORCE de TED POST avec CLINT EASTWOOD, HAL HOLBROOK et MITCH RYAN. 1973.

film,cinémaÀ part pour aider la carrière des futures Stars télé David Soul et Robert Urich, Magnum Force (1973) est un film, à la limite, qui n' a pas lieu d' exister. Il sert de réponse à ceux qui ont traité de fasciste Dirty Harry (1971) de Don Siegel qui dira du personnage : C' est un puritain, un homme amer. Il n' aime pas les gens. Il n' aime pas ceux qui violent la loi et il n' aime pas la façon dont elle est appliquée. Ça ne veut pas dire que je lui donne raison. D' ailleurs, dans l' ultime plan final Don Siegel n' avait-il pas laissé Harry Callahan seul et abandonné comme John Wayne, autre fasciste pour les curetons diarrhéiques, dans La prisonnière du désert (1955) ; le vrai no future. Pour les imbéciles paranoïaques, ceux qui voient des fascistes partout, si Dirty Harry est fasciste, Clint Eastwood l' est aussi. Incarné un tel personnage est effectivement une mise en danger de l' acteur ; vaut mieux faire comme Robert Redford s' approprier toutes les vertus : démocrate, écologiste, pacifiste, féministe... n' en jetez plus.

Le premier traitement du scénario, qui s' inspire des escadrons de la mort sévissant au Brésil, est de John Milius qui part suite au feu vert pour le tournage de Dillinger (1973), l' écriture est terminée par Michael Cimino alors que Clint Eastwood a déjà le script de Thunderbolt and Lightfoot en main ; que des noms très controversés. Milius fait partie de la contre culture des années 70 avant qu' il ne devienne à partir de Conan le barbare (1982) un mauvais admirateur de Samuel Fuller : Fuller a toujours été contre le deuxième amendement donc contre le port d' arme, et, contre la peine capitale. Michael Cimino, après avoir été accueilli avec sympathie pour Le canardeur (1974), sera qualifié de nazi pour Voyage au bout de l' enfer (1978) son plus gros succès commercial proche de deux millions d' entrée rien qu' en France, de marxiste pour La porte du paradis (1980) et de raciste pour L' année du dragon (1985) ; pour ses autres films, les imbéciles paranoïaques se sont calmés.

Le set de Magnum Force ne s' est pas très bien passé pour Ted Post, les bruits ont courus que certaines scènes auraient été dirigées par sa Star ou le directeur de la photo Frank Stanley. Ce stakhanoviste de la télévision a une carrière cinématographique très fluctuante dont ressort deux bons films aux allures modestes : Pendez-les haut et court (1968) un western contre le lynchage ou le difficile passage au monde civilisé, c' est aussi le premier film de la Malpaso la maison de production fondée par Clint Eastwood, ainsi que Le merdier (1978) avec Burt Lancaster qui racontait les débuts de l' engagement des USA au Vietnam.

Est-il nécessaire d' avoir Magnum Force dans ses rayons ? non. Par contre, le film de Siegel est d' une invention visuelle toujours étonnante. Cette caméra à l' épaule, la photo de Bruce Surtees, cette direction d' acteurs surtout des seconds et troisièmes couteaux, lorsqu' on sait que Don Siegel faisait une à deux prises, parfois captait juste la répétition, et, la réinvention du cri à la Aldrich ! Robert devait bien se marrer derrière ses grosses lunettes.




Le générique du film est très bien !

16:19 Publié dans Blog, cinéma, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, cinéma

Les commentaires sont fermés.