Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2016

Les 101 nanars: Une anthologie du cinéma affligeant (mais hilarant) par François Forestier. Édition de 2016.

91XKLJyQvpL.jpgCe bouquin est malsain, pénible, répétitif et tient de la mauvaise cinéphagie, il a dû être écrit pendant une crise d' aérophagie. Forestier est en plus pas très courageux, il s' en prend à Angélique, Sissi, Sheena, Rocky IV, Golden Child, La mouche II, Fair Game, Tiny Town, Glenn or Glenda... des films dont tout le monde sait qu' ils sont nuls mais qu' il adore revoir pour se marrer au trente sixième degré ; t' as que ça à foutre Forestier, à perdre ton temps à voir des films pathétiques ! Les films pour se marrer et au premier degré, duchnock, ça existe ! Allez France !, au lieu de nous ennuyer avec Ah! Les Belles Bacchantes! que j' aime bien d' ailleurs, et puis Alexandre le bienheureux ou Les malheurs d'Alfred pour rester en France. Parce qu' à force de vouloir se marrer de tout, de rien et n' importe comment, on risque de ne pas remarquer qu' il y a différentes formes d' humour ; celui de Malle/Modiano avec la réplique Police allemande dit avec l' accent du Sud-ouest. Mais Forestier est atteint d' une maladie qui s' appelle la nanardinite, il dit des conneries pour dire des conneries. Faut pas tout détailler, mais refaire le coup de Blow-up (1967) d' Antonioni, c' est lourdasse ; il baragouine un lieu commun sur les filles anglaises qui sont moches, que le groupe le plus débile des sixties sont les Yardbirds, merci pour Jeff Beck et Jimmy Page, et, faut te rappeler duchnock que sans les Yardbirds, pas de Led Zeppelin, pas d' Aerosmith, pas de Motörhead, pas de Guns N' Roses (sans le chanteur, ce serait impeccable) ou pas de New York Dolls (il faut avouer, sans Todd Rundgren, ça vaut pas grand chose). Et sans le film d' Antonioni, pas de Conversation Secrète, pas d' À cause d' un assassinat ou pas de Les trois jours du condor ; ça t' ennuie duchnock, mais le bradypnéique anticipait.

Ce qui est le plus accablant, ce sont les jeux de mots tellement consternants qu' il faut en faire une petite liste non exhaustive :
- Homère d' alors, page 58. Il ose...
- Il est vrai qu' il ne faut jamais lâcher le faucon avant d' avoir vu le vrai, page 76. Il ose encore...
- Jeanne Crain (qui mérite son nom), page 79. Jeanne Ne Craint Plus, Jeanne Qui Craint De Nouveau, Jeanne écoute les violons (les Crain-Crain), tout ça page 80 avec des majuscules tellement il est fier. Il ose toujours...
- Tout le film a été tourné dans le Middlesex, page 87 ; en rapport avec des scènes paraît-il osées (ben oui) de Quand les dinosaures dominaient le monde. Il ose encore et toujours...
- Le sixième incontinent, page 100. Il ose...
- Cheval tire à ta mère, page 113. Il ose encore...
- On sent bien que la boutade, là, monte au nez, page 132. Il ose encore et toujours...
- Ils avaient le feu occulte, page 138. Il ose...
- Il faut se méfier du Bolkan qui dort, page 180 ; à propos de la très belle Florinda Bolkan pour ceux qui n' auraient pas compris. Eh oui, il ose encore...
- Ce n' est pas laid (ce Népalais, excusez-moi, pas pu résister), page 208. Il ose encore et toujours...
- On applaudit des deux nains, page 232. Il ose...
- La vue de Marais est basse (Marais basse, donc), page 266 ; à propos de Jean Marais pour ceux qui n' auraient pas compris. Il ose encore...
- Après Tibère, le printemps, page 308. Il ose encore et toujours...
- Horace, ô désespoir ! (Je sais, c' est facile, mais vous me connaissez), page 312 ; eh oui, malheureusement on te connaît. Il ose encore et toujours...
- Mahler n' arrive jamais seul, page 309. Mahler est bon, page 315. Il ose...
- Franchement, cette fille, c' est Inca, page 356. Il ose encore...
- Et mon culte, c' est du poulet ?, page 359. Il osera encore et toujours, son cas est désespéré.

Faut-il passer sur l' erreur chronologique à la page 157 pour Rex Harrisson dans Cléopâtre tourné en 1963 où Forestier émet que l' acteur anglais serait encore mal remis de Docteur Dolittle tourné en 1967 ? Une autre pour Fair Game avec Cindy Crawford où il dit pourquoi n' avoir pas pensé à Nadine Morano (?), on est en 1995 ; Nadine et sa jactance étaient déjà connues? À propos de «Golgotha» de Julien Duvivier du plagiat de Henri Jeanson pour Gabin s' en lave les pognes à la page 307 ; le même Gabin surnommait Edwige Feuillère m'dame Pilate, ça serait-y pas plutôt m'dame Ponce ? Faut-il passer aussi sur la description physique des actrices bien en chair des années 50 où les termes jambon, saindoux ou gélatine sont souvent employés ; t' as vu ta gueule duchnock, fais comme moi, cache-la ! Et Virginia Leith, Virginie Leitch qu' il écrit à la page 200, serait une inconnue absolue : Les inconnus* dans la ville (1955) et Baiser mortel (1956), ça ne te dit rien, duchnock ! C' est de la chipoterie, peut-être, mais il est critique spécialisé depuis 50 ans ; si t' es un alcoolo duchnock, t' es excusé !

Par contre, félicitations aux Éditions Denoël ; belle présentation avec des petites photos, belle calligraphie, pas de coquille.
Cependant, Denoël devrait s' abstenir de publier un duchnock !

*Qu' est ce qu' on se marre...

11:17 Publié dans Blog, cinéma, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, cinéma

Les commentaires sont fermés.