Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2015

Luis Buñuel : Mon dernier soupir (1982). Autobiographie chez Ramsay poche cinéma (2006).

cinéma,livre,autobiographieCinéaste qui intrigue, interroge et rejette la bonne conscience bourgeoise et chrétienne, qui refuse la copie déférente du réalisme et qui incarne le mouvement artistique du Surréalisme en cassant la grammaire cinématographique. Le chien andalou (1929) et L'Âge d'or (1930) sont des provocations et des scandales voulus et assumés. Une autobiographie coécrite avec Jean-Claude Carrière qui permet aussi d' éclairer les zones d' ombre, notamment sa période d' inactivité en tant que réalisateur après le documentaire Terre sans pain (1933) jusqu' à son premier film mexicain Grand Casino (1947). Inactivité qui n' est pas de l' errance, tant s' en faut. Des mémoires bouleversantes à l' image d' un homme exceptionnel dit la quatrième de couverture, peut-être, mais surtout des confessions sur ses phobies, ses habitudes, sa surdité, sa vue défaillante et qui débouchent sur une autocritique rarement lue chez d' autres. Viridiana (1961) et L'ange exterminateur (1962) en font définitivement un génie.

Les commentaires sont fermés.