Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2013

MICHAEL POWELL : UNE VIE DANS LE CINÉMA Volume 1 (1997) et Volume 2 (2000). LIVRES.

autobiographie,cinéma,réalisateursautobiographie,cinéma,réalisateursEn noir et blanc et en couleur.

J' avais acheté cette autobiographie à sa sortie, j' en avais lu soixante pages, je l' avais reposée en me disant la reprendre plus tard... seize ans plus tard. Par acquit de conscience, je m' étais aussi procuré le deuxième volume paru en 2000. Pourquoi en avoir abandonné la lecture ? parce que l' enfance de Michael Powell dans la campagne britannique est un peu ennuyeuse... et pourtant j' aurai dû me remémorer au moins deux de ses films A Canterbury Tale (1944) et La renarde (1950) ; tout y est sauf l' ennui. Et puis si j' avais continué un peu plus loin, la mort de son frère aîné m' aurait accroché. Mais j' ai été définitivement captivé dès que Michael Powell fait son entrée dans les studios de la Victorine à Nice - le père de Michael Powell acheta peu avant un bail de trente ans d' un hôtel sur la Côte d' Azur -, et devient l' assistant d' un réalisateur du muet un peu oublié, Rex Ingram, qui fit les premières versions de Scaramouche (1923), Les quatre cavaliers de l' Apocalypse (1921) et Le prisonnier de Zenda (1922). Pour les fanatiques de Michael Powell, sans oublier Emeric Pressburger, vous aurez tous les secrets de fabrication des films mythiques que sont À l'angle du monde (1937), 49e Parallèle (1941), Colonel Blimp (1943), Le narcisse noir (1947), Les chaussons rouges (1948), Les contes d'Hoffmann (1951), La bataille du Rio de La Plata (1956) entre autres. Ses portraits de Alfred Hitchcock, Samuel Goldwin, David O. Selznick, Alexandre Korda, Moira Shearer, Ludmilla Tcherina, Deborah Kerr, David Farrar, James Mason, Roger Livesey... sont saisissants. On se sent happé par le même tourbillon que les protagonistes de Je sais où je vais (1945).
- Le volume 1 fait 760 pages environ, hors filmographie complète et index des noms.
- Le volume 2 fait 670 pages environ, hors filmographie complète et index des noms.