Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2012

PETER GREEN SPLINTER GROUP. BLUES DON'T CHANGE. CD. 2001.

41955RwgiXL._SL500_AA300_.jpgPeter Green est l' inventeur dans la troisième partie de sa carrière (1997-2004) d' un nouveau style de blues : le blues-fantôme. Tous les albums qu' il fit avec le Splinter Group n' ont pas de corps, de chair et ni de profondeur. Ils sont éphémères et font penser aux feux de Saint-Elme ; ce qui ne sont pas les qualités premières pour le blues. N' attendons pas de Peter Green des compositions inédites, de nouveaux "Albatross", "Black Magic Woman", "Oh Well"... Peter Green n' écrit quasiment plus rien, à part deux ou trois trucs, depuis l' album "In The Skies" (1979) son dernier chef d' œuvre. Donc nous avons droit dans ce "Blues Don't Change" (2001) aux reprises de Muddy Waters ("Honey Bee"), John Lee Hooker ("Crawlin' King Snake"), Willie Dixon ("Little Red Rooster"), Albert King ("Blues Don't Change"), Sonny Boy Williamson II ("Don't Start Me Talking"), Jimmy Reed ("Honest I Do")... et celle méconnaissable de "Help Me Trough The Day" de Freddie King, chanson écrite par Leon Russell, dans des interprétations brumeuses pour ne pas dire estudiantines de la part des accompagnateurs de Peter Green ; lui se promenant hagard comme un linceul en peine, ce qui rend les disques du Splinter Group intéressants. Des questions se posent sur cette désincarnation : était-ce son état normal à l' époque ? ... ou bien, il ne s' est jamais remis de la version de "The Green Manalishi" par Judas Priest !?


20:02 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blues