Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2012

Fox Horror Classics Collection : The Undying Monster (1942), The Lodger (1944) et Hangover Square (1945) de John Brahm. DVD.

517kFjSRcPL._SL500_AA300_.jpgAvant que l' on nous édite ces films en zone 2, j' ai bien fait au moment de sa sortie d' acquérir ce coffret du réalisateur John Brahm en zone 1 (et exclusivement en zone 1) qui est l' une des petites merveilles de plaisir cinéphage des plus intense.

Le moins connu des trois films est un polar lycanthropique très réussi The Undying Monster (1942), film court de 63 minutes qui peut faire penser autant par son intrigue à la nouvelle de Conan Doyle Le chien des Baskerville (pas besoin d' être un hyper cinéphileux ou un grand littérateux pour le remarquer), mais aussi à un avant-goût, en plus humoristique, de la série TV Les Experts par son couple mixte de policiers scientifiques ; cela doit-être même l' une des premières fois où une actrice incarne une policière. Les décors sont assez impressionnants, le film se passe dans une immense bâtisse (longs corridors, escaliers et cryptes) sur une falaise surplombant une mer démontée, la photographie en noir et blanc de Lucien Ballard est de surcroît très inspirée et le rythme rapide donné par John Brahm, on a même par moment du mal à suivre l' action et lire les sous-titres en même temps, procurent un enthousiasme sincère. On reconnaît Charles McGraw, le futur protagoniste des polars de Richard Fleischer et Anthony Mann, dans un second rôle ; il n' est pas cité au générique. MacGraw a une belle bagarre avec l' inspecteur incarné par James Ellison qui sera le héro du chef d’ œuvre de Jacques Tourneur : Vaudou (1943).

cinéma,horreur et épouvanteAprès cette belle petite surprise, on peut parler du premier, The Lodger (1943) d' une durée de 84 mn, des deux films mythiques interprétés par le génial Laird Cregar (1916-1944), mort d' une crise cardiaque pendant une cure d' amaigrissement, le remake (non-avoué) du film muet de Alfred Hitchcock The Lodger (1927) très librement inspiré de l' histoire de Jack l' éventreur, ici notre cher Jack est traumatisé par la mort de son frère devenu alcoolique dont il rend responsable une comédienne et donc il veut zigouiller beaucoup de comédiennes. On y retrouve à la photo Lucien Ballard qui tire des becs de gaz une lumière diffuse du plus bel effet. George Sanders est un très flegmatique et gallant inspecteur de Scotland Yard et Merle Oberon nous fait admirer son doux visage de porcelaine*. Les plans de caméra en plongée verticale dynamisent une mise en scène où le rythme encore une fois est primordial ; John Brahm est un ancien monteur. Quant à Hangover Square (1944) d' une durée de 77 mn, la photographie de Joseph LaShelle est plus douce, moins contrastée, les mouvements de grue et travellings divers abondent dans cette histoire de ce musicien qui assassinent les personnes qu' il hait dès qu' il entend des bruits dissonants qui le mettent dans un état d' amnésie temporaire. Georges Sanders est encore dans le coup en bon docteur essayant de soigner Laird Cregar. La musique de Bernard Hermann est très importante, Laird Cregar est obsédé par la composition de son concerto. Linda Darnell est mignonne comme un cœur, pulpeuse et... manipulatrice à un point qu' on a envie de l' étrangler ; la façon dont Cregar se débarrasse de son corps est terrifiante. Il ne faut pas oublier l' apport dans ces deux films du scénariste Barré Lyndon (pseudo, vous vous en doutez bien) de son vrai nom Alfred Edgar. Si on veut voir un successeur de Laird Cregar, il n' y en a qu' un, il s' agit de Joe Spinell surtout dans le film qu' il écrivit Maniac (1980).

cinéma,horreur et épouvanteCes DVD comporte des bonus - petits documentaires sur les films et une biographie de Laird Cregar, pièces radiophoniques tirées des films - qui ne sont qu' en version originale, il n' y pas de sous-titres français. On peut suivre la projection avec les commentaires, sauf The Underying Monster, d' historiens du cinéma réputé tel que Richard Schickel, Alain Silver, James Ursini... qu' en version audio anglaise.

Les films sont tous en noir et blanc et au format 4/3 respecté.
Ils sont tous en version audio anglaise avec la possibilité de choisir les sous-titres en français ou autres ; pas de version audio française.

*Paraît-il que Merle Oberon qui eut un grave accident avait des cicatrices au visage difficiles à masquer et un teint de peau métissé dû à sa mère anglo-sri-lankaise. Le maquilleur est soit un génie, ou s' agit-il de rumeurs exagérées ?

Les commentaires sont fermés.