Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2011

TODD RUNDGREN : HERMIT OF MINK HOLLOW (1978). CD.

51k8Y2Vuw3L._SL500_AA300_.jpgAlors que Todd Rundgren nous assène cette année d' un album de reprises du bluesman légendaire Robert Johnson tout-à-fait dispensable, il est de bon ton de se replonger dans un de ses albums les plus réussis et les plus aboutis paru en 1978. Hermit of Mink Hollow sort dans les bacs après que Rundgren se libère d' expériences style rock progressif qu' il est de bon goût de ne pas aimer : Les faces B de Todd Rundgren's Utopia (1974) ou Initiation (1975) par exemple. Donc il revient aux amours de ses cinq premiers albums : Runt (1970), The Ballad of Todd Rundgren (1971), Something/Anything (1972), mais, déjà sur A Wizard, A True Star (1973) et Todd (1973) il y a quelques petites dérives progueuses ; disons plutôt que ces deux derniers albums sont foutraques et bordéliques. Donc pour Hermit of Mink Hollow on y trouve des chansons et rien que des chansons, même si les mélodies ne sont pas toujours immédiates comme chez son alter-égo Randy California dont ils partagent le même manque de reconnaissance du public et une armée de fanatiques idolâtres (je dois en faire partie...). À écouter pour commencer Can We Still Be Friends, titre qui sera l' un de ses rares hit, pour se faire une idée et qui peut être une excellente entrée en matière de l' univers du dandy cybernétique.


10:49 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pop-rock, musique

Les commentaires sont fermés.