Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2011

MOTÖRHEAD : ACE OF SPADES.

métal,musiqueLe troisième album important de Motörhead, après un Bomber (1979) plutôt moyen. Ace of Spades sort en cette fin d' année 1980, comme pour nous annoncer une nouvelle décennie rock'n'roll. Ce ne fut malheureusement pas le cas avec des horreurs comme le Hair metal ou la Cold wave. Des eighties qui mettrait fin à celles des seventies engluées dans le prog rock, qui va renaître avec Marillion, ou le babacoolisme moraleux à la Neil « deux notes à la minute » Young ; ce mec qui utilise le mot rock'n'roll dans sa chanson Hey Hey, My My est aussi crédible que si Maxime Leforestier le faisait. Allez, dégage l' ectoplasme !
Lemmy avec sa basse Rickenbaker jouée en accord et sa voix brûlée par toutes sortes de substances lui le fait le rock'n'roll, il n' en parle pas, il le joue, il le vit. Phil Taylor a « tué » définitivement le rythme lourd à la John Bonham ; son groove est clair, sec et enlevé. Eddie Clarke nous a mis des riffs et solos partout, à gauche, à droite et sans oublier le milieu ; le producteur Vic Maile lui a enfin rendu justice car il était un peu en retrait sur les deux précédents disques Overkill et Bomber.

métal,musiqueEt en plus, il y a de l' humour avec le fendard Love Me Like a Reptile. Il y a aussi des professions de foi comme Live To Win, qui est la suite directe au Iron Hose/Born To Lose du premier album officiel. Des cavalcades effrénées Shoot You In The Back et Fire, Fire. Une speederie comme The Hammer enterre toutes les punkeries du monde... et l' hymne des hymnes : l' éternel Ace Of Spades.

À noter la présence en bonus sur cette édition remasterisée de la face B Dirty Love du single Ace of Spades, et deux chansons Please Don't Touch et Emergency qui figuraient sur le EP St. Valentine's Day Massacre, sorti dans la foulée, réalisé avec les quatre filles de Girlschool et produit aussi par Vic Maile. La reprise de Please Don't Touch (1959) de Johnny Kidd atteindra la cinquième place des charts UK... c' était le bon temps...







21:08 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : métal, musique

Les commentaires sont fermés.