Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2011

HARRY BAUR par HERVÉ LE BOTERF.

515WMZFFDXL._SL500_AA300_.jpgDeux livres jouent en défaveur de Hervé Le Boterf (1921-2000), l' auteur de cette biographie sur Harry Baur, qui sont à l' origine de deux films antédiluviens réalisés par Léo Joannon et interprétés par Pierre Fresnay : l' inénarrable « Le défroqué » (1954) et le vieillot « L'homme aux clefs d'or » (1956). Deux films à éviter*. On ne peut pas faire l' impasse non plus sur le fait qu' il a soutenu une réhabilitation de l' écrivain-journaliste-collaborationniste Robert Brasillach fusillé à la Libération. Ce qui n' engage guère à acquérir cette biographie...

Après lecture, il faut bien reconnaître que le style en est assez alerte, qu' on ne s' y ennuie pas, et que l' on apprend beaucoup sur la carrière de Harry Baur, notamment sur son énorme activité théâtrale dont le point culminant semble être « Le procès d' Oscar Wilde » (1935) ou sur ses débuts au temps du cinéma muet où il tenait à faire ses cascades lui-même ; Harry Baur était très sportif. L' arrivée du parlant fera éclater son génie, il était temps car il venait d' avoir cinquante ans. Son interprétation de monsieur Lepic dans « Poil de carotte » (1932) de Julien Duvivier sera un triomphe, son incarnation de Jean Valjean dans « Les Misérables » (1934) de Raymond Bernard restera la meilleure et surclasse aisément celle de Gabin ou Ventura. Il fut certainement aussi le meilleur Maigret dans « La tête d' un homme » (1932) de Duvivier, même si ce n' est pas une très bonne adaptation de Simenon. Jean Renoir lui reprochera sa trop grande présence sur les écrans. Il jouera beaucoup dans des films d' inspiration russe d' inégale valeur...

Il interprétera souvent des personnages juifs, d' où le harcèlement dont il a fait l' objet pendant l' occupation dans la presse collaborationniste sur ses origines et sur celle de sa seconde épouse. Après enquête de Le Boterf qui explore plusieurs pistes, Harry Baur est arrêté avec sa femme sur une dénonciation dont le texte serait « Harry Baur est juif, il est marié à une juive, sa fille a épousé un juif algérien, ses enfants sont élevés dans la religion juive. », apparemment écrit par un acteur obscur et jaloux. Après cent onze jours dans la prison du Cherche-midi, il est libéré ; sa femme sort après cent quinze jours à la prison de la Santé. Mais, ce ne serait pas suite à des tortures physiques infligées par la Gestapo qu' il serait mort quelques mois plus tard, mais du fait qu' il fut mis au secret et donc qu' il ne pouvait pas recevoir de colis et qu' il ne fut pas soigné d' une angine de poitrine pendant son incarcération.

* Après des recherches, ce serait plutôt les deux scénarios des films de Léo Joannon qui ont inspirés les deux livres de Hervé Le Boterf... ce qui serait encore pire...

13:17 Publié dans Blog, Film, Livre, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biographie

Les commentaires sont fermés.