Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2010

ARTHUR RIMBAUD, L' HOMME AUX SEMELLES DE VENT.

5177r4SxdrL._SL500_AA300_.jpgEn 1880 au Yémen, un homme (Laurent Malet) s' écroule inanimé dans une rue grouillante de la ville d' Aden. Le négociant français Bardey (Jacques Bonnaffé) lui porte secours. Bardey emploie cet homme, dont le nom est Arthur Rimbaud - le poète n' est connu à l' époque en France que d' un cercle d' initiés -, et lui confie un peu plus tard la succursale de Harar en Éthiopie. En 1885, Rimbaud démissionne de son poste. Il s' associe avec le trafiquant d' armes Labatut (Thierry Frémont), mais celui-ci atteint de dysenterie rentre en France. Après bien des obstacles, il s' engage dans un voyage d' un an afin de livrer les armes au souverain Ménélik dans la province dangereuse du Choa située au cœur de l' Éthiopie... Bardey est de plus en plus intrigué par Rimbaud qui cache son passé et qui est obsédé par le besoin de faire fortune.

Cet ambitieux téléfilm tient toutes ses promesses par le tournage en décor naturel et le grand nombre de figurants. Il nous rappelle aussi des œuvres télévisuelles tel que "La cloche tibétaine" (1974) ou "L' homme de Suez" (1984), du moins celles qui ne veulent pas nous enfermer dans les commissariats de police, les salles de dissection ou les tribunaux. Il évite tous les pièges des fictions françaises surjouées. Cette représentation des douze dernières années de la vie du poète Arthur Rimbaud, qui arrêta d' écrire à l' âge de vingt ans pour mener une vie aventureuse qui se révéla plutôt hasardeuse, est très bien interprétée toute en intériorité par Laurent Malet ; c' est le rôle le plus marquant de sa carrière. Jacques Bonnaffé, dont le style est souvent outré, joue la retenue. Thierry Frémont, Samuel Labarthe, Florence Pernel dans le rôle de la femme de Bardey/Bonnaffé, Jean-Paul Farré en moine, Emmanuelle Riva incarnant la mère de Rimbaud sont au diapason. La mise en scène de Marc Rivière est aérée et devient hiératique dans les dernières séquences. Superbe musique, comme d' habitude, de Gabriel Yared.

Mais qu' il est dur pour nous de voir la souffrance physique autant que morale du génial poète...

Téléfilm en couleur d' une durée de 2 heures 35 mn. Date : 1995.
Format 4/3, le téléfilm a été tourné en 16/9 donc visionnable dans ce format également.
Copie non-remasterisée, mais très regardable.
Le son est en mono, ce qui ne permet pas une très bonne appréciation de la musique de Gabriel Yared.

L'homme aux semelles de vent 2.pngL'homme aux semelles de vent 5.pngL'homme aux semelles de vent 3.pngL'homme aux semelles de vent 7.pngL'homme aux semelles de vent 6.pngL'homme aux semelles de vent 4.pngL'homme aux semelles de vent 1.pngL'homme aux semelles de vent 8.png

13:20 Publié dans Blog, télévision, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : télévision

Les commentaires sont fermés.