Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2009

DESPERATE : Anthony Mann trouve son style.

51LFLHLB+QL__SL500_AA240_.jpgAprès plusieurs menus travaux, il faut bien vivre, Desperate (1947) est la première vraie réussite de Anthony Mann. Son précédent polar Railroaded (1947) en était la répétition.

Un camionneur, incarné par Steve Brodie, embarqué malgré lui dans un hold-up qui causera la mort d' un policier, doit se mettre à l' abris avec sa femme enceinte, la belle Audrey Long.

Cette histoire classique permet à Mann de filmer plusieurs morceaux de bravoure. Le passage à tabac de Brodie sous une unique lampe se balançant au plafond et sous le regard de Raymond Burr. Les gros plans sur les visages de Burr, de son complice et de Brodie attendant la sonnerie d' un réveil matin. Le réglement de compte final dans une cage d' escalier...

Burr est impressionnant. C' est l' une de ses premières apparitions. Tellement massif qu' il n' arrête pas de se cogner aux bords de l' écran. Tellement sur les nerfs qu' il tape sur tout ce qui est vivant et le contredit. On va faire griller son petit frère sur une chaise électrique pour le meurtre du flic et Raymond, il est pas content.

Superbe image en noir et blanc de Georges E.Diskant.
Version française. Version anglaise sous-titrée française.
Durée 73 minutes.

Une leçon de cinéma.

Desperate 1.pngDesperate 2.pngDesperate 3.pngDesperate 4.pngDesperate 5.pngDesperate 6.png

14:03 Publié dans Blog, Film, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, film noir

Les commentaires sont fermés.