Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2018

Le cavalier du crépuscule de Robert D. Webb avec Richard Egan, Debra Paget et Elvis Presley. 1956. DVD chez Sidonis Calysta paru en 2017.

téléchargement.jpgY'a pas à dire, mais rien que le scope noir et blanc, ça en jette, merci Monsieur Leo Tover ; et pis alors ces cadrages magnifiques, Robert D. Webb n' a pas été l' assistant d' Henry King pour rien. Tout aussi magnifique est le galbe de Debra Paget ; en plus elle pleure bien, elle pleure aussi très bien dans La proie (1948) de Robert Siodmak. Richard Egan est un bel homme au torse impressionnant, bon acteur et sa filmo n' est pas mal du tout surtout lorsque l' on a tenu Jane Russell dans ses bras !
Y'a le rock sudiste, le western sudiste existe également avec cette histoire de soldats confédérés qui volent la solde des Nordistes alors que la guerre est déjà finie. Les trois frères gardant le butin retournent à la ferme familial ; le quatrième, le plus jeune resté au bercail, s' est marié avec la fille désirée par l' ainé que l' on croyait mort à la guerre.
Pureté des scènes d' action, ellipses pour accélérer l' histoire sans la précipiter, personnages secondaires délectables ainsi la séquence où Robert Middleton essaie de faire avouer Richard Egan est digne de Sydney Greenstreet. Un peu d' anachronisme réjouissant, les déhanchements d' Elvis pendant la kermesse signalés par François Guérif dans les bonus. Mais Elvis prouve, à moins que l' on soit de mauvaise foi, qu' il était un bon acteur ; ses crises de jalousie violente ne sont pas feintes et contredisent toutes critiques laconiques ou ironiques à son sujet.

Il faut opter pour ce DVD paru chez Sidonis Calysta dont la définition est nettement supérieure au DVD Twentieth Century Fox publié en 2002.

Bonus :
1) Présentation par François Guérif d' une durée de 8 mn 30.
2) Présentation par Patrick Brion d' une durée de 6 mn.
3) Bande annonce de Le cavalier du crépuscule.
4) Bande annonce de Les rôdeurs de la plaine.
5) Bande annonce de Charro.
6) Galerie photos.

Film en noir et blanc de 1956. Format 2:35 cinémascope respecté. Durée de 86 mn.
Version originale anglaise avec sous-titres français. Pas de version audio française.

20:09 Publié dans Blog, cinéma, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

29/04/2018

BIG MAMA THORNTON : The Original Hound Dog. CD chez Ace records.

bluesBig Mama Thornton dans ses premiers enregistrements à partir de l' année 1953 avec l' orchestre et le vibraphone de Johnny Otis ou le groupe du saxophoniste Billy Harvey, et en introduction, la version rude ainsi qu' humoristique du célèbre Hound Dog écrit par Leiber/Stoler. Que dire de plus ? Je ne vais pas littérater pendant trente lignes pour vous dire qu' il ne faut écouter pas Big Mama trop fort car ça risque de vous exploser les tympans avec plus d' efficacité que le mur de Marshall de Ted Nugent ! Celle qui a vue la tête du beau Johnny Ace valdinguée fout la branlée aux petits blancs chichiteux ; Plant et Jagger continueront à sucer leur pouce ! Pour apprécier définitivement Big Mama et ce qu' elle est devenue dans les années soixante, l' acquisition du DVD Gunsmoke Blues en compagnie de Muddy Waters et Big Joe Turner est indispensable car l' harmoniciste qu' elle était n' est pas à négliger !

14:20 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blues

29/03/2018

MARMALADE : Fine Cuts, The Best Of Marmalade. Double cd paru en 2011.

61eM0LRkSuL.jpgApparemment, un groupe ne se prenant pas au sérieux mais faisant son travail sérieusement, ce qui est normal pour des Écossais. Chez nous, on ne connaît guère que la version d' Ob-La-Di, Ob-La-Da des encombrants Beatles. Il y a d' autres reprises de Bob Dylan, Lovin'Spoonful, Bee Gees, Easybeats, le Hey Joe façon Jimi Hendrix bien entendu et (Take a little) Piece of my Heart, évitant de singer Janis Joplin, est traité à la Beach Boys/Byrds ; ces deux groupes sont les grandes influences de Marmalade pour leur période sixties qui occupe le premier CD. Mais, ce n' est pas pour ces différentes raisons que je me suis intéressé à eux. Mon obsession, c' est I See The Rain. Composition originale du tandem McAleese/Campbell qui en écrira d' autres. Cette chanson ouvre l' album Under The Covers Vol 1 de Matthew Sweet et Susanna Hoffs. Ce petit chef d' œuvre est la pierre de touche certifiant que Marmalade n' est pas de l' eau de boudin bien qu' ils suivent un peu trop les modes. Ainsi les derniers titres du second CD où ils s' essaient au hard-rock, et là, ils font fausse route !
N.B. Le son est très bon, pas compressé, ni saturé.






10:20 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, pop-rock